29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 14:46

2012-0289.JPG                    Mais  quelle idée a bien pu me passer par la tête pour suivre ce beau marin argentin aux poils gominés dans cette guinguette de foire de village ?

                    Il m'a saisie par la taille et entraînée sur la piste. Il dansait comme un dieu, me serrant dans ses pattes moustache contre moustache, le buste étroit, la tête en arrière, sans me quitter des yeux, regard de braise, cambré tel un matador. Les danseurs s'étaient écartés pour nous laisser la place, et je frétillais des papattes comme si j'avais dansé toute ma vie sur "castagnettes  et tango" olé!

                    Il m'avait parlé de son bateau qui allait repartir vers des mers inconnues pour de longs mois afin de ramener ce poisson si savoureux qui fond sous les quenottes dans les boîtes qu'on voit à la télé avec la tête du chat à l'air bête.

                    Pourquoi ai-je accepté de visiter ce bateau ?  les amarres se sont rompues et nous sommes partis à la dérive malmenés par le vent et la tempête.

                    Des vagues énormes déferlent sur nous. Des éclairs zébrent le ciel, je m'aggrippe tant bien que mal au bastingage; le bateau monte et descend, j'ai mal au coeur, je suis trempée. une vague m'arrache à ses bras serrés autour de moi, et je roule entre les cordes, et les voiles déchirées. Les soubresauts, les bonds et rebonds du bateau me rappellent quelquechose, quand soudain une lame nous soulève. Une secousse plus forte me fait rouler sur le  ventre, et j'ouvre les yeux sur la couette agitée par les jambes de papa et maman qui rient aux éclats à me voir rouler entre leurs jambes.

                    - Réveilles toi Padypady, c'est l'heure de l'école, n'oublies pas tes ballerines, tu as cours de danse ce matin...

 

 

                                                                                StA le 29/10/2012

 

       

Repost 0
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 20:59

fevrier-2012-052.jpg                    - Dîtes-moi les minettes, maman me dit que vous avez des devoirs pour lundi, Ils sont faits ?

              - Meeeoooouuu : Mais oui papa, nous venons juste de terminer.

              - Oh,pas de cinéma les filles, rappelez-vous que la semaine dernière, madame Mistigri m'a convoqué à l'école, et justement à cause de vos leçons mal sues et de vos devoirs baclés; alors cette fois ci, on va voir ce que vous avez fait; cahier de texte s'il vous plaît ?

                Vous êtes dans la même classe toutes les trois, alors faire vos devoirs devrait s'effectuer dans la joie et la bonne humeur.

                Voyons voir...rédaction pour lundi: " nous avons tous un objet préféré, décrivez le et expliquez pourquoi cet attrait ". Intéressant ! Alors ?

               - meeeeouououou, miaaaaaowowowo, meeeeaouaouou !

               - Du calme, pas toutes en même temps; Pichenette, montre moi ton travail.  

               - Miaiaiouououou: Mon objet préféré est un grand panier d'osier qui sert pour le linge sale, sur lequel maman a installé rien que pour moi, un coussin à chat en polaire avec une petite souris grise. A peine installée, après m'être assurée que la souris grise dors pour de vrai, une douce chaleur m'enveloppe et je n'ai plus qu'à laisser mes yeux se fermer pour glisser dans un sommeil rempli des rêves les plus fous. Quelque fois je me réveille en sursaut et donne alors un grand coup de patte sur la tête de la souris grise. On ne sait jamais si c'était une vraie...?

               - Oui, et toi Question ?

               - Meouou : Oh papa tu dois bien te douter quel est mon objet préféré...

               - Oui je m'en doute, mais qu'as-tu écris pour madame Mistigri ? 

               - Meeeeeououououo : L'objet que je préfère par dessus tout à la maison, c'est mon ami le radiateur à chaleur rayonnante à côté du canapé de la tante Simone. Il diffuse une bonne chaleur, et quand je m'installe sur le bras tout tiède du canapé, mon ventre s'imprègne de sa chaleur. Alors je n'ai plus qu'à tendre mes papattes pour poser mes coussinets contre le radiateur.

              Mon corps est parcouru de frissons de bien-être, et j'ai l'impression de marcher sur du sable brûlant aux côtés de geoffroy de Peyrac...alors les hommes bleus juchés sur leurs chameaux...

               - Stop Question ! Tu t'endors rien que d'y penser ! Ecoutons Padypady.

               - Maaaaaaowowowow: Moi papa, mon objet préféré, c'est la brosse de maman. Le matin lorsqu'elle se lève, je descend l'escalier à ses côtés. Je me glisse entre ses jambes l'entourant de ma queue et je me serre très fort contre elle. Je me fais gronder parce que je manque de la faire trébucher, mais c'est tellement bon...Elle sait ce qu'il faut faire pour que j'arrête; au-dessus du placard à croquettes, dans un tiroir, il y a la brosse. Pichenette et Question n'aiment pas trop, mais moi, dès que maman sors sa brosse, je me couche sur le dos de tout mon long, et j'écarte mes patounes pour laisser la place à maman, qui avec douceur peigne mes poils en me disant que je suis belle avec plein de mots d'amour. La brosse me gratouille et je roule de droite à gauche, m'allonge sur le ventre, re sur le dos, la brosse de maman m'arrache des miaulements qui roulent imprégnés de bonheur.

               - Très bien Padypady...bravo les filles, je pense que madame Mistigri sera contente. Quand à moi, je constate que vous êtes décidées à bien travailler, et ça me fait très plaisir...mais...vous auriez pu parler de moi...

 

 

                                                                                       StA le 24/10/2012     

Repost 0
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 07:58

x 03160001             x 03180002 

                                        Je m'appelle pady, mais mon père prononce toujours mon nom deux fois, si bien qu'il m'appelle padypady.

                     Je suis une jolie chatte toute noire au pelage mi-angora. Papa râle tout le temps parce que je perds beaucoup de poils;  ils sont si légers que lorsqu'il caresse mon dos, quand je m'allonge contre lui, le soir sur le canapé télé, ils s'envolent au moindre courant d'air et vont chatouiller ses narines.

                     Il ne cesse de se gratter le nez et  secouer ses mains couvertes de poils noirs en ronchonnant. 

                     Moi je sais pourquoi je perds mes poils...c'est parce que pendant un an, je me suis retrouvée à la rue, mes premiers parents m'ayant abandonnée. Alors la malnutrition, le froid de  l' hiver, la faim qui quelquefois me tenaillait le ventre, les bagarres de la rue avec des matous de gouttières, les cailloux jetés par les enfants, etc...etc...tout cela a fait que ma santé n'était pas florissante.

                    Depuis qu'il m'ont récupérée, petit à petit, je sens mes forces revenir, et bientôt mon pelage sera à nouveau luisant  et bien planté.

                    J'ai malgré mes malheurs beaucoup de chance:Mon père et ma mère, richard et annie chez qui je vis aujourd'hui depuis bientôt quatre mois ne sont qu'amour et tendresse. 

                    J'ai de plus des frères et soeurs merveilleux...avec qui j'ai du batailler un peu pour me faire ma place dans cet arche de bonheur, mais cela est normal chez nous les félins. 

                    Nous habitons une belle maison de pierre entourée d'un grand jardin rempli de fleurs que maman dorlote chaque matin.

                   Papa, lui, adore faire des tas de bois. Il mélange les espèces de façon à ce que la tranche visible des bûches forme des vagues de couleurs différentes. Ses tas de bois sont  magnifiques noyés dans les branches basses d'arbres centenaires.

                   Nous les chats qui dormons autant que les êtres humains travaillent, enfin certains, nous éprouvons un bonheur indicible à nous endormir sur une pierre tiédie par le soleil, ou quelque vieille bûche toute chaude. Le bonheur suprême dans ce havre de paix est de s'endormir bercés par les chants d'oiseaux qui peuplent  la végétation, et de se laisser aller aux rêves les plus fous... 

                  Je me suis réveillée toute ébouriffée les quatre pattes en l'air, avec papa qui s'étranglait de rire en face de moi. Il m'a dit mes petits miaulements dans mon sommeil, mes papattes qui s'agitaient, finalement ma chute de la pierre de grès sur laquelle j'aime dormir entre les deux portes du salon.

                 On parle souvent d'une vie de chien...mais une vie de chat...c'est pas mal non plus...

 

 

                                                                              StA le 18/O7/2012

 

                     

Repost 0
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 22:00

                                      J'ai reconnu la voiture, les voilà. Le portail s'ouvre.                                                    

                              Tous les jours ils partent pour un oui pour un non, et nous abandonnent comme des vieilles chaussettes. Je sais bien qu'il est nécessaire de faire des courses pour la maison, et donc aussi pour nous,  mais c'est tous les jours ! et nous, quand ils ne sont pas là, on se sent très seuls.

                              - miaaaaououou: "ça va papa ?"

                              - bonjour Question, dis donc, c'est toi qui fais toutes ces traces de pattes sur le capot... je vais devoir laver la voiture. Arrêtes un peu tout de même. Je sais bien que  le soleil aidant c'est une véritable bouillotte, mais tu as vu les traces ? je me demande si ça ne risque pas de rayer la peinture.

                              - maaaaooow: Papa, sur ta voiture, je peux surveiller tous les coins du jardin; et mon ventre sur la tôle toute chaude, maaouououou......

                              - Où sont Pichenette  et Pirate ? encore partis traîner vers la pièce d'eau...Un jour ils vont se faire avaler par une grosse carpe. Ah non, ils sont sur le tas de bois. Assis comme ça sur leur postérieur, on dirait des marmottes, sentinelles à nous observer.  

                               - bon, alors papa tu vides la voiture,  je voudrais bien voir ce que vous rapportez aujourd'hui. Hier, il n'y avait que des vêtements.

                               Papa sort des sacs en plastique et les porte sur la table de la cuisine.  Cette fois, ils semblent remplis de bonnes choses. Je reconnais le bruissement du papier d'un sac de croquettes tel les feuilles du grand bouleau dans le jardin. Que ce son si doux est agréable à mes petites oreilles de chat...une goutte de salive s'échappe de mes lèvres.

                               - Eh ! mais dis donc tu baves ! gourmande...

                               - Papa, tu m'en donne une petite poignée dis.

                               - Ne me regardes pas ainsi et ne tourne pas dans mes jambes, tu vas me faire tomber. Qu'est-ce que tu veux ?

                               - Meeeeowowowwwww: Oh papa tu le sais bien...merci papa...

                               Les petites croquettes roulent sur le carrelage  comme des feuilles d'automne aux mille couleurs. Tout en croquant délicieusement les étoiles et les boulettes, j'observe papa qui jette par terre des sacs vides et quelques cartons.

                               Je ne peux résister, j'abandonne les délicieuses croquettes pour me jeter dans l'ouverture béante d'un sac en papier ! Je tâtonne dans une mi-clarté avec ma patte aux griffes acérées:  rien, même pas un p'tit mulot. Je ne peux résister à l'envie de sauter sur ce carton dont les côtés s'écartent à mon passage. Me voilà à nouveau dans le noir immobile à guetter le moindre mouvement autour de moi, quelque souris, un petit rouge gorge, un merle noire...On ne sait jamais, dans cette obscurité...un bruissement d'ailes, un gratouillis...

                               - Question cesse de promener ce carton dans toute la cuisine...qu'est ce que tu fais là dedans !   

                               - Miiiiiaaououou: mais papa on ne sait jamais, tu es sûr d'avoir bien tout vidé ?????

 

 

 

                                                                   StA le 27/04/2012    

Repost 0
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 22:00

retour 0540                       C'est un petit canapé deux places avec ses  copains les deux fauteuils à armature en bois des années trente.  Il faisait partie du mobilier de la très belle maison signée "Guimard" que possédait le grand-père de papa, dans le seizième arrondissement de paris, " Villa de la réunion" , rue Chardon Lagache. 
                    A l'époque, le grand-père Henri, grossiste en bois, aurait été obligé de travailler avec les allemands. Il a préféré vendre  ce qu'il possédait, et se retirer près de Rambouillet, où nous vivons aujourd'hui.

                    Les meubles ont été dispersés dans la famille, et le canapé s'est endormi avec ses deux fauteuils dans un grenier chez la soeur du père de papa, une adorable dame, la tante Simone. Les années ont passées. 

                    La maison devant être vendue, le canapé et ses fauteuils, m'ont été confiés afin qu'ils restent dans la famille. Ils ont alors retrouvé la chaleur d'un foyer, et  il y a quelques années, maman et sa soeur ont décidé de les restaurer. 

                    Une fois réallignés  les vieux ressorts, elles ont choisi pour les recouvrir un  tissus velours aux couleurs sombres et chaudes où se mêlent avec bonheur marron glacé, beige, orange,  la  blondeur des blés, et la douceur du châtaignier. le bois de chêne ciré et ses petits clous dorés laissent espérer un confort ouaté.

                    Le canapé et ses deux fauteuils participent aujourd'hui à la chaude ambiance de notre salon.

                    Maman l'a placé devant une des porte-fenêtres, le dos au jardin. Les deux fauteuils semblent lui tenir conversation. 

                   C'est en sa douce compagnie, allongée de tout mon long sur son dos, que je prends  tant de plaisir à m'endormir l'échine caressée par le soleil. L'hiver, j'aime à me prélasser sur son  bras les papattes pendantes, à proximité d'un radiateur à chaleur rayonnante  qui remplace alors les rayons du soleil. Papa vient quelquefois s'y asseoir à mes côtés le faisant grincer de tous ses bois. 

                   Mes griffes accrochées dans le velours, je suis certaine de ne pas glisser et je peux me laisser aller à mes rêves les plus fous.

 

 retour 0541

            

 

 

 

            StA le 27 AVRIL 2012

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                

                                                                                      

 

                                                                                            

                                      

Repost 0
26 janvier 2012 4 26 /01 /janvier /2012 22:19

DSC_0341--2-.JPG                    Oh la la, papa vient de me passer un de ces savons !

                    Je rentrais tranquille d'une balade du côté du vieux moulin du Mesnil, suivant la route sur le bas-côté, les papattes dans l'herbe humide, quand une camionnette s'est arrêtée à ma hauteur:

                    - Dis donc Pirate ! qu'est-ce-que tu fais là ?

                    C'était emmanuel mon petit frère qui tient un magasin de fleurs et décoration.

                    - Si papa apprend que tu traînes si loin de la maison, tu vas avoir des soucis ! Tu n'es pas passé par la propriété d'Aragon au moins ?

                    - Tu veux dire le grand moulin, si,  j'y ai même fait une petite sieste sur un vieux banc de grès, sous un grand chêne, là où on entend de la musique.

                    - Malheureux ! Pirate ! tu étais tout proche de la tombe d'Aragon et d' Elsa Triolet; Dans leurs dernières volontés, Ils ont demandé à reposer dans leur propriété et que de la musique leur tienne compagnie durant leur sommeil. N'y remet jamais les pattes car si les gardiens  t'attrapent, ils vont t'envoyer au goulag ! Quand papa va savoir ça ! Je suis désolé Pirate, mais je suis obligé de lui en parler...

                    - Pirate ! Pirate !

                    Papa m'appelle, aÏe aÏe aÏe ... je crois savoir pourquoi...

                    - Meoooowwwww: Qu'y a-t-il p'pa ?

                    Emmanuel m'a parlé. Tu l'ignores, mais ce que tu as fait est extrêmement grave Pirate.

                    - Miaiaououou: Mais je ne savais pas papa...

                    - Eh bien maintenant tu vas le savoir; Aragon était un écrivain poète surréaliste très connu, et notamment pour ses idées très extrêmes gauches. Il s'est d'ailleurs rendu en URSS où il a été reçu par les grands dirigeants de l'époque. Il a demandé à rencontrer des écrivains russes, ce qui fut fait, puis il est rentré en France. 

                    Quelques années plus tard, il est retourné en Russie, et à demandé à rencontrer de nouveau ces écrivains. On lui a dit que c'était impossible. A sa question: " pourquoi ? " on lui a répondu qu'ils avaient tous été exterminés car opposés au régime. Et le comble est qu'il a approuvé.  Le communisme est l'idéologie qui a causé le plus de morts sur la planète Pirate,  des millions,  et ça n'est pas terminé  !

                    Alors écoute moi bien, ne remet plus jamais les pattes dans cette propriété; c'est compris ? Tu vas te retrouver avec des boulets aux pattes, attaché à un poteau, un bandeau sur les yeux, ou encore dans les mines de sel en Sibérie. 

                    J'ai déjà suffisament de honte à les avoir pour voisins !

 

                                                                                            StA le 10/04/10.

 

                    .

                  

Repost 0
1 novembre 2011 2 01 /11 /novembre /2011 13:32

DSC02129.JPG 

                                   Allongée sur le bras du canapé de la tante Simone, le nez contre la vitre de la porte-fenêtre, je me laisse aller à la douce chaleur d'un rayon de soleil, ainsi qu'à la fraîcheur du verre contre mon nez.

                                    Le radiateur à chaleur rayonnante, que papa a installé là exprès pour moi, réchauffe mon poil sur tout mon côté droit, celui de mon plus beau profil.

                                    Mes yeux plissés de plaisir, ma petite locomotive intérieure ronronne de bien-être dans une torpeur exquise.

                                    Ma queue d'ordinaire en point d'interrogation ne se pose plus de questions et repose étalée au long du tissu.

                                    J'ai tout de même gardée une très légère fente entre mes deux paupières, afin de rester vigilante sur ce

qui se passe dans le jardin.

                                    Mouche, mon ami de toujours, dort sur une vieille bûche de boulot sur le tas de bois sec que papa destine à la cheminée. Il a la même robe que moi, quelquefois papa nous confond.

                                    Dans le jardin, les jolies couleurs de l'automne vont du vert tendre au marron le plus foncé. Les teintes jaunes, ocres, oranges et  rouges deviennent  une cascade dont  les gouttes sont les feuilles des arbres qui tombent au gré du vent.

                                    Papa vient de frôler mon dos de sa main...Il lui serait impossible de passer près de moi sans me caresser...

                                    - Dis donc Question, ça ira pour toi !

                                    - Maaaoouuu: je suis bien là papa, ce radiateur est une pure merveille.

                                    - Le soleil tape sur ton dos, tu risques d'attraper un coup de chaleur ! Je vais couper le radiateur.

                                    - Meeeeeeeeoooowowow: oh non p'pa ! ! !

                                    - Voilà ma fifille tu seras mieux comme ça.

                                    Oh le voilà reparti; et il a coupé le radiateur.  Je n'avais pas trop chaud moi, j'étais bien...

                                    Tiens Mouche est réveillé. Il jette un regard vers la porte-fenêtre. Il s'étire de tout son long sur sa bûche toute blanche, et saute sur l'herbe. Je me redresse sur le bras du fauteuil, baille longuement et me lêche une patte.

                                     Mouche a vu que j'étais réveillée, et sa grosse tête apparait devant mon nez;  il s'est dressé contre la vitre. C'est papa qui l'a surnommé " mouche "...Parce qu'il a une petite tache noire entre les moustaches, on dirait Marie-Antoinette.

                                    

 

                                                                                                StA le 01/11/2011.

                                                                                                                              DSC02138.JPG 

 

                                                                                                             DSC02135.JPG                                                                                                                                                                                                                                              

Repost 0
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 21:01

            

 

boule-noire-003-copie-1.jpg

boule-noire-006.jpg 

                    Sans ouvrir les yeux, je retourne mon oreiller du côté frais...La maison est silencieuse. 

               Dans le noir, les chiffres et les petites aiguilles qui les frôlent indiquent que je devrais déjà être debout. Je sens un poids sur mes orteils, maman les a fait rentrer, elles sont là. Les rideaux sont tirés, j'allume. Au pied du lit, deux sales bêtes gâtées dorment profondément.

              Normal, elles ne sont pas rentrées de la nuit. Hier soir, nous avons eu beau les appeler, siffler, secouer les croquettes, rien n'y a fait.

              A la sensation désagréable d'être en bateau sur une couette déchaînée, toutes deux se sont réveillées et me contemplent une seule question dans les yeux:

              - Mais papa ! Pourquoi nous réveilles-tu en agitant tes pieds comme ça ?

              - Ah ! mais vous avez un sacré culot toutes les deux ! Qui s'est inquiété toute la nuit ? Et maintenant que faites-vous là ? Bien sûr, après une nuit dehors on a sommeil ! on voudrait dormir...Et où êtes vous allées ? en boîte de nuit , au crazy cat saloon ? invitées par des matous en rolls décapotable et haut de forme de travers ? Le champagne a du couler à flot...Et ce matin, migraine, petits yeux  et rimmel qui coule ! On dort debout ! ou plutôt on somnole écoutant papa qui vous traite comme des moins que rien...Mais quelque part  vous avez raison,  profitez de la vie...C'est ça, clignez des yeux avec amour, continuez à me regarder ainsi et comme à chaque fois je vais fondre... Non, pas question, je veux des explications.

               - Meeeeooowww ronronron et ronronron, petits miaulements inaudibles et remplis de sommeil...Papa, cette nuit fut peuplée de jeux avec Mouche le chat du voisin et tous nos amis du jardin. Nous n'avons pas vu le temps passer, et lorsque nous sommes rentrées, la maison était close. Plus une lumière. Alors dodo dans ta voiture, tu avais laissée une glace ouverte.

                 - Les filles, vous avez vu ce ciel bleu ? dis-je en ouvrant les rideaux; Allez hop ! on se lève, tout le monde debout ! allez, allez ! !

                 Toutes deux sautent du lit et dévalent les escaliers. Lorsque j'arrive en bas, elles sont assises devant le placard à croquettes.

                 - miaououou, miaououou, miaaaaaaaouou...

                 - Ah ! après une nuit de turpitudes on a faim ! mais que vois-je sur l'évier ? maman vous a déjà ouvert une boîte avec l'image du chat à l'air bête ! Bon alors juste une poignée...Mais ça ne vous otera pas la migraine ! ! !

 

 

 

                                                                               Sta le 15/09/2011

Repost 0
15 juillet 2011 5 15 /07 /juillet /2011 21:55

                             

 

                                     DSC_01330018.JPG

 

 

                          Maman a utilisé mon panier de voyage pour transporter un inconnu. Après l'avoir reniflé sous toutes les coutures, celui qui a été transporté dans mon panier ne devait pas se lécher souvent.

                          - Miaououewewew: Tu vas me le désinfecter hein ? maman...

                          - Mais ne t'inquiètes pas Pirate, je vais le passer à l'eau de javel... De plus, c'est une odeur que tu aimes.

                          - Mon panier, c'est comme ma maison; un deux pièces cuisine salle de bain, coussin douillet, et salle de billard. Je m'y sens bien, c'est chez moi.

                          - Je m'en suis servi pour emmener un petit chat malade chez le vétérinaire.

                          - Moaouououou: Bon... bon... bien  sûr, si c'est pour une urgence... et comment va-t-il ce petit chat ?

                          Il tousse encore beaucoup, Il a avalé une guêpe. Celle-ci l'ayant piqué dans la gorge, il a fait une grosse allergie. Son cou a gonflé et il ne pouvait plus respirer. Ses poumons étaient pleins d'eau. Le vétérinaire lui a fait une piqûre et prescrit des cachets. Il est dans ma voiture. Je vais le remettre dans ton panier pour deux ou trois jours afin de bien le soigner. Après, tu pourras récupérer ton "appart".

                          - Miaaaaaououou: Bon d'accord... mais pas plus de trois jours maman. Bientôt je pars en vacances chez la cousine Mimi à Nice, et je ne voudrais pas qu'elle pense une seule seconde que je n'ai plus de femme de ménage .

 

 

 

                                                                               Sta le 15/07/2011.

                                                                                                                                                                                                                                                                                       

Repost 0
25 juin 2011 6 25 /06 /juin /2011 21:37

                                

 

DSC_0024-copie-1.JPG 

 

                                    OOOOOOOOHHHHH ! ! ! ! Je viens de faire une super sieste sur la première marche de la baignoire en face de mon copain le radiateur à chaleur rayonnante. Je m'étire de tout mon long et tire deux ou trois fils de l'épaisse moquette  afin de vérifier si mes griffes sont bien faites. Je me livre à unr courte toilette de mes deux pattes avant, le reste est propre, je l'ai fait ce matin.

                                   La maison est bien silencieuse... Visite du premier étage, personne. Il doit y avoir  quelqu'un en bas tout de même,  quoique ça ne serait pas la première fois qu'ils m'oublieraient à l'intérieur.

                                    - Miiiiaaaaaaaaouou ! Pas de réponse, je descends.

                                    Les trois soucoupes sont vides, la litière est bien propre, maman est passée par là, ça sent encore la mûre. Toute la maison  est silencieuse...

                                   Je saute sur l'évier, chouette maman a laissé un restant de boîte entamée.  Il faut faire très attention avec sa langue, car quelquefois, il y a des petits bouts de fer coupant qui dépassent. Mais je m'y connais,  les morceaux de  gésiers ont tôt fait de gagner mon estomac.

                                   J'entends du bruit vers la cheminée ou crépite un vieux bout de chêne bien sec. Papa est endormi sur le canapé avec son ordi sur les genoux. Ah, il était sur le blog d'Yvette, en deux coups de pattes, je suis chez les chats du maquis, bonjour Rose, je passe quelques instants avec Tachka, Martine, truc truc et choses, attention il se réveille !

                                   - Bonjour mon Pirate, je te croyais dans le jardin...  mais qu'est-ce que je suis allé faire sur le site des boîtes à chat ? ? ? je ne m'en souviens plus... Tant pis, profitons en pour commander des boîtes du chat à l'air bête, il ne doit pas en rester  beaucoup.

                                    - Maaaaaoowoowoow; tu m'ouvres dis  papa ?

 

 

                                                                                      StA le 25/06/11.

Repost 0

Présentation

  • : saint-arnoult parler à l'oreille des chats
  • saint-arnoult parler à l'oreille des chats
  • : Les chats, encore les chats et toujours les chats. Une jolie chatte écaille de tortue: "Pivoine" (c'est la fleur préférée de papa). Une grisounette: "pichenette", maman de "pirate" gris et blanc, le flibustier du jardin. D'origine gouttière: "question" parcequ'elle a la queue en point d'interrogation. Une maison de pierre, un jardin, une famille remplie d'amour. Un papa qui murmure à leurs petites oreilles, et retrace leurs aventures...et le reste...
  • Contact

Texte Libre

             

Recherche

Pages