19 mai 2010 3 19 /05 /mai /2010 13:18

                   Cinq jours et quatre nuits à se lever à n'importe quelle heure,  se recoucher,  crier son nom aux quatre coins du jardin,  dire aux autres d'aller le chercher, demander aux voisins, attendre encore un peu avant de monter, il n'est que deux heures du matin, redescendre parcequ'on a cru entendre...imaginer je ne sais quelle scène affreuse en se traitant de tous les noms d'oiseaux, faire une courte reconnaissance des environs en voiture, se dire qu'il faut imprimer des affichettes, le veto, les pompiers, gendarmerie, etc...etc...etc...

                    Et qui gratte à la porte ce matin ? Monsieur Pirate ! Il est tout maigre, tout sale, des branches d'épineux emmêlés dans son poil, des épis partout, des tiques, les pattes souillées.Nous l'appellerons "craspougnard" La porte ouverte, il hésite à rentrer; il sait qu'il a mal fait et craint de se faire gronder ! Mais non, viens nigaud, nous sommes bien trop heureux que tu sois rentré. Il engloutit deux boîtes avec l'image du chat à l'air bête, boit un p'tit coup et monte se coucher sur notre couette. 

                    Moi : - regarde comme il dort la p'tite vache ! Il ne se rend pas compte du soucis qu'il nous fait... 

                    Annie : - Mais où peut-il bien aller pour rentrer dans cet état ?           

                    Tout est bien qui finit bien. A la prochaine fois ! ! ! ! miaous !

 

 

                                                                                                    StA le 19/05/2010.

DSC_01960007-copie-1.JPG                                            DSC_01910002.JPGDSC_01900001-copie-1.JPG

 

DSC_01940005.JPG

 

 

Repost 0
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 21:58

Pirate-0139--2-.JPG                           - Miaooouuu, Je vous suis mais seulement parce que je le veux bien.
                    Et deux gros chats blancs devant, deux gros chats blancs derrière, vous avancez vers un bosquet de ronces grimpant le long du mur de la vieille usine. L'herbe tassée laisse deviner un passage. Baissant la tête, vous vous faufilez au travers des épines. Une épaisse porte de métal est entrouverte, quelques marches de pierre usée et vous pénétrez dans le grand sous-sol.

                    Un brouhaha impressionnant, une odeur de chat mal léché règnent dans l'immense cave. Des chats pelés ricanent à votre passage, les chats blancs les écartent à coups d'épaules et de pfff pfff répétés . Une patte très sale effleure ton poil blanc, tu réprimes un frisson. Des miaous fusent de partout, en choeur, et scandent un appel à la fureur. La colère monte, un intrus est dans les murs.

                    Un escalier de métal mal accroché à un vieux mur au revêtement délabré s'élève et disparaît dans la pénombre... En quelques bonds, votre petite troupe disparaît vers l'étage supérieur. Arrêté devant un long couloir jonché de débris, un des chats blancs émet un miaulement éraillé.  Un grand et très beau chat type gouttière, mais à la moustache bien lissée et le poil brillant apparaît dans l'obscurité venu de nulle part.C'est lui qu'on appelle le Grand chat, c'est le père de katia,

                    - Meeeooowww, Ah! Enfin te voilà petit chat ! Approche donc ! 

                    - Miaououo. Mes respects Grand chat, je suis venu à la demande de Katia. Elle m'a rapporté votre désir de  me rencontrer.

                    Un geste de patte, et sans un bruit, notre escorte s'est évanouie..                  

                    - Miaaaowowow, En effet, Je tiens à connaître celui à propos duquel Katia ne tarit pas d'éloges. Vous êtes dans la même classe elle et toi, et quelquefois, tu la raccompagnes jusqu'au pont cassé. Katia ne me dit pas tout, mais je suis bien renseigné. Elle n'a jamais voulu que tu viennes jusqu'à la vieille usine et elle n'a pas eu tort. Je sais qu'un jour tu l'as suivie. Mes guetteurs m'ont averti, mais tu avais fait demi tour;  tu as d'ailleurs eu raison, les habitants de la vieille usine ne sont pas très accueillants et s'emportent facilement quand des inconnus empiètent sur leur territoire. 

                    Mes compagnons ne sont pas de tout repos, c'est le moins qu'on puisse dire, mais chacun d'entre eux a eu sa part de malheur. Sache petit chat que j'ai bien connu ta grand-mère Pivoine, ainsi que sa cousine Mimi. A l'époque, Zezette  était encore de se monde et veillait sur tous. Aujourd'hui, elle nous a quittés, et c'est ici, à la vieille usine, que se réfugient les bras et pattes cassés des alentours. Si tu tiens de ta grand mère Pivoine, tu dois être un petit chat courageux et bien élevé, c'est ce que Katia m'a miaulé.

                     -  Miaaaouou... Je suis courageux Grand chat, et mes parents m'ont bien élevé. Si Katia vous a miaulé du bien de moi, je lui en suis reconnaissant. Katia est mon amie Grand chat, Je l'estime beaucoup.

                     - Maoooww, je sais, je sais aussi que tu t'appelles Pirate ! et que ça n'est pas par hasard...Tiens, voilà Katia Pirate, elle ne sait pas que tu es là.

                     Oh Pirate ! qu'elle est belle ! je comprends pourquoi tu as voulu me montrer par tes yeux...mais poursuis, poursuis ton histoire...

 

   

                                                        à suivre...                         

 

 

                                                                                                    StA le 17/5/2010. 

 

                       

Repost 0
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 13:55

DSC_0193.JPG                               Il m'a prise pour un écureuil ! Non mais...Je sais bien que comme tous les chats, mon grand plaisir est de grimper dans les arbres du plus vite que je peux pour faire peur aux oiseaux, mais de là à me prendre pour un rongeur !

                                Il est vrai que sa vue baisse. A la maison, il a je ne sais combien de paires de lunettes disséminées dans tous les coins. Ca ne convient pas trop à maman, qui tient à ce que tout  soit bien rangé, mais cela lui évite de les chercher lui a-t-il dit.

                                Il court toujours après ses affaires, ses clés, son portable, ses papiers:

                                - Tu n'as pas vu l'enveloppe que j'ai préparée pour la poste ?

                                - Chéri, tu l'as dans la main !

                                Alors il m'a prise pour un mangeur de noisettes ! Maman a éclaté de rire. J'étais à côté du vieux tonneau qui récupère les eaux de pluie quand j'ai ressenti une petite gratouille à un endroit difficile à atteindre sans contorsionnisme. Et papa a choisi de contempler les premières pivoines qui fleurissent dans le jardin à cet instant là.

                                Comme on m'appelle "Question" parce que j'ai toujours la queue en point d'interrogation, dans la posiion que j'occupais, dos rond et queue en l'air, ma tête cachée occupée à extirper je ne sais quel parasite, ma silhouette pouvait faire penser à celle d'un écureuil...mais tout de même ! Il ferait mieux de retourner voir un oeilleliste !

 

DSC_0195.JPG 

 

  DSC_0197.JPG                                                                                    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                      StA le 13/5/10.

Repost 0
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 08:59

                    Pirate est assis sur la table basse et contemple l'écran éteint de l'ordinateur.
                    - Meeeeeowowowow ! Encore papa, s'il te plaît ?
                    - Ah non  Pirate ! tu l'as déjà vu huit fois ! Ca suffit maintenant...
                    - Maaaaaouououou ! Papa, une dernière fois...
                    - Non, non, non, et non ! regardes toi dans la glace, tu es ridicule avec tes mâchoires qui s'entrechoquent, tu vas perdre toutes tes dents ! c'est terminé maintenant.
                    - Miaiaiaiaiaouououwwww ! Mais juste une fois !
                    Ils sont partis une semaine en vacances au bord de la mer, aux îles canaries. Je sais ce que c'est la mer, c'est là qu'on fabrique les boîtes avec le chat à l'air bête qui tient un poisson entre ses dents. Emmanuel, Annelaure et victor sont venus habiter avec nous afin que nous ne nous sentions pas trop seuls.
                    - Tous les matins, ils sont allés marcher le long de la plage, les pieds dans l'eau, là où les vagues meurent et laissent place aux reflets du soleil. 
                    Un jour, ils ont rencontré un vieil homme aux cheveux blancs, au visage tout buriné, doré par des années de soleil et d'eau salée. les jambes de pantalon relevées et les pieds dans l'eau, il jetait des morceaux de pain dans la mer. Ils ont pensé qu'il s'agissait d'un ancien pêcheur qui venait là remercier l'océan qui l'avait nourri tant d'années lui et sa famille.
                    A leur approche, et à leur air étonné, le vieil homme  a souri et leur a fait signe de regarder les vagues devant lui. A leur grand étonnement, ils ont alors vu que des poissons  se disputaient les morceaux de pain. Le vieil homme a alors fait exprès de jeter le pain juste devant ses pieds, et les poissons par dizaines, gros et petits l' ont entouré comme des chats se frottant contre ses jambes, Au moins cent poissons dévoraient les morceaux de pain autour de ses pieds.
                    Souriant de plaisir, du spectacle qu'il nous offrait, le vieil homme a tendu un morceau de pain à maman. Elle en a émietté quelques bouts devant elle, et les poissons l'ont entourée. Surprise, elle a eu un mouvement de recul, peu rassurée par ce contact rare, puis papa lui a dit: " Vas-y, tu ne crains rien." Alors maman n'a plus eu peur et s'est avancée dans l'eau entourée de tous ces poissons.
                    Encore sous le charme de ce moment exceptionnel, ils ont remercié le vieil homme dont le beau visage luisait au soleil resplendissant d'un immense sourire.
                    Le lendemain, ils se sont rendus au même endroit, avec du pain, et le miracle s'est reproduit. Des poissons de toutes tailles sont venus, tout comme nous, se frotter aux jambes de maman pendant que papa filmait la scène. Ils m'ont dit que c'est le seul endroit où cela se produit le long de cette immense plage et que c'est un secret qu'il ne faut révéler à personne.
                    Papa vient de nous passer plusieurs fois le film sur son ordinateur, il est normal que j'ai les dents qui claquent, non ? Il m'a promis que si je travaille bien à l'école, l'année prochaine il m'emmenera aux îles canaries...                                                                   


                                                                         StA le 17/3/2010

Repost 0
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 18:33
DSC_0164.JPG
                    Lové sur son coussin en mohair grand confort, Pirate dort profondément . Rentré de sa longue escapade, il ne se lève que pour se rendre aux quatre soucoupes: eau, lait, croquettes, et boîte. Restauré, il regagne le coussin douillet, et sombre de nouveau dans le sommeil réparateur. Je m'incline sur lui, et murmure à son oreille...    
                     - Alors mon Pirate, ça fait trois jours que tu es rentré petit chat, et tu dors toujours...ses papattes s'agitent...Qu'a-t-il bien pu t'arriver durant ces cinq jours d'escapade ? Pour nous tu sais, ce furent des jours d'inquiétude et d'incompréhension , cruelle absence. Des milliers d'images absurdes nous ont traversées l'esprit ta mère et moi...Mais tu es là, indemne, et c'est l'essentiel. Dors pèpère, repose toi, tu nous diras plus tard...
                     Ma main longe son bidon, Il s'étire et se tourne sur le côté s'offrant à la caresse. Dans un demi sommeil, il entrouvre les yeux et me regarde...
                    - meoooow...Je te demande pardon papa, mais si tu savais...si tu savais...  elle est belle...
                     Je me penche sur pirate n'étant pas sûr d'avoir bien compris ce qu'il me miaulait.
                    - Que me miaules tu Pirate? qui est belle ?
                    - Miaouou...Oh papa je voudrais tant te dire, te raconter...
                     Soudain, j'ai l'impression que des images pénètrent mon esprit. 
                    - Maoeeeww...regarde papa...regarde...                                                  
                    - C'est toi qui m'envoies ces images Pirate ? Je vois dans ta pensée à travers tes propres yeux...tu passes sous le grillage de la clôture du voisin au fond du jardin. Les hautes herbes s'écartent à ton passage, c'est le début de ton escapade...je suis mes yeux dans tes yeux...Fais moi voir petit chat, raconte moi !
                    Et je me laisse aller au fil des images. Voilà le pont cassé, tu le traverses, où vas-tu m'emporter ? je reconnais le vieux moulin à la sortie du village, la propriétée de phillipe l'ami architecte d'emmanuel, Le manoir du Mesnils, les feuilles d'automne ont été ramassées. 
                   je n'aurais jamais imaginé qu'à ton jeune âge tu puisses déjà t'éloigner si loin de la maison.
                   Tu passes sous un veux portail de chêne, puis assis au bord d'une route, tu attends qu'il n'arrive plus de voitures pour t'élancer. De l'autre côté, un champ d'herbes folles frissonne au vent. Tu te faufiles le long des sillons sous les végétaux. Je connais ce petit bois de bouleaux, il est traversé par un chemin qui mène à l'ancienne usine de disques. On y fabriquait autrefois des soixante dix huit tours. 
                     La voilà cette vieille usine abandonnée. Des murs se sont écroulés, il n'y a plus de toiture. Tu te diriges vers un soupirail au verre brisé. Et là, à travers tes yeux, je découvre les bas fonds du grand sous-sol.
                    C'est comme une fourmilière.. des chats de toutes races vaquent à leurs occupations. Certains boivent du lait fermenté, d'autres croquent des petits mulots rotis, 
un persan affûte ses griffes, un gros gouttière fait sa toilette, d'autres simulent une bagarre à grands coups de pattes, une chatte angora suivie par ses petits se fraye un chemin dans cette cohue.
                     - maooowowwo qui es-tu petit chat ? Que fais- tu là ?
                     Tu te retournes: quatre gros chats blancs aux pattes sales t'entourent.
                     - Je suis Pirate, fils de pichenette, petit-fils de Pivoine, et quoique petit je n'ai pas peur de vous. 
                     - Tu es bien jeune et présomptueux pour parler ainsi petit chat. Je devine ta fougue et ta fierté, mais tu ne réponds pas à ma question. Que fais-tu là à nous observer ?
                     - Je suis un ami de la princesse katia. Je viens pour rencontrer son père.   
                     - Le père de katia est notre chef; sait-il seulement que tu existes petit chat?
                     - La princesse katia lui a parlé de moi, il veut me rencontrer, c'est pourquoi je suis là.
                     - Alors suis nous petit chat et ne fais pas d'histoire.

                                                       à suivre...

                                                                                 Sta le 31/01/2010


Repost 0
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 10:47
            DSC_0185-copie-2.JPG
Repost 0
27 décembre 2009 7 27 /12 /décembre /2009 10:44

       JOYEUX NOEL LES AMIS !    


                                       





                                                                                                           richard

 





Repost 0
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 12:00
                         DSC 01520001 
DSC 01580001

                         La maison est encore toute endormie, Je suis descendu sans faire de bruit à la cuisine afin de voir s'il ne resterait pas quelque douceur dans les soucoupes... Rien d'intéressant...
                          Un petit coup d'oeil dans le jardin, tout est blanc. Chic ! il a neigé ! J'aime bien  la neige , ça chatouille et picotte à la fois sous les coussinets. Mais surtout, quand tout est blanc, on aperçoit le moindre mouvement dans le jardin; notamment lorsqu'un merle bien rond vient déjeuner dans les nichoirs de maman. Celui qui vient de se poser sur la table des graines fait trembler mes quenottes. Ils dorment encore...Tant pis, je ne peux plus résister:
                               - Miiiiiaaaaaaouououououo ! ! ! Meeeeeooowww ! ! !
                               - Titou, lève toi, il se passe quelquechose en bas !
                               - Maaaowwwww ! ! ! Maaaaaaooooowwwww ! ! !
                               - quoi... quoi ?  qu'est-ce qu'il y a ?
                               - Descend vite, c'est Pirate !
                          Et papa de se précipiter dans l'escalier au risque de se rompre les os.
                               - Pirate ! qu'y a-t-il ?
                               - Meeeeeoooww ! ! ! vite papa regarde le gros merle dans la coupe de graines ! ouvre vite !
                               - Oh ! comme c'est beau ! il a neigé, tout est blanc.
                               - Miiiiiiiaouou ! mais ouvre papa !
                               - C'est gentil de nous prévénir mon Pirate. C'est joli la neige...
                               - Miaououououo ! ! ! Papa ! nom d'un chien ouvre !  
                               - Ca n'est rien titou,  reste au lit ! Je te prépare un plateau petit-déjeuner ! Pain grillé, thé, confiture.
                               - Meeeeeeeooooooowww ! ! ! mais papa ! ! !
                               - Bon, tu as faim Pirate ? je t'ouvre une boîte...
                               - Maaouou...J'aurais préféré qu'il m'ouvre la porte mais tant pis...L'autre gros lard s'est envolé, la boîte du chat à l'air bête fera l'affaire.
                               - Déjà fini ? Tu veux sortir Pirate ?
                               - Oh ! maintenant...tu sais...                                                                                              
                               - Attention Pirate, ça glisse et avec tes coussinets bien lisses, tu vas...
                               - Whaaaouououaïeaïeaïe ! ! !               
                               - Et voilà je te l'avais bien dit, monsieur je sais tout...
                            J'ai ramassé une de ces gamelles comme miaulent les copains ! je suis parti en dérapage sur les  quatre pattes, me suis redressé pattes avant tendues devant moi afin de  protéger ma frimousse  fonçant droit sur un pot de fleurs. Afin de l'éviter, je me suis laissé tombé sur le postérieur;  dévié par un amas de feuille cachée sous la neige, vlan ! en plein dans la poubelle.
                               - Tu t'es fait mal ?
                               - Non, ça va: mes taches blanches sont un peu grises, et les grises un peu blanches, mais ça ira.
                            Je me relève, et fais quelques pas mal assuré, courbé, une patte sur la hanche, ayant du mal à reprendre la position horizontale.
                               - tu boites ?
                               Je me redresse tant bien que mal.
                               - Non,non, ne t'inquiète pas, c'est bon..
                            Et tout en haut du vieux poirier, dans un rayon de soleil, un gros merle pleure de rire....



                                                                                               StA  le 26/12/09
                                                                                          

Repost 0
3 décembre 2009 4 03 /12 /décembre /2009 10:09

                     - Alors...raconte...ce qui s'est passé...quand tu nous a quittés... 
                     - Miaououououou... Elle a pris ma papatte et l'a serrée, l'a serrée, l'a serrée... comme si j'étais l'bon Dieu...comme si j'étais l'bon Dieu...
                     -Et après.. raconte...ce qui s'est passé...ce qui est arrivé...
                     - Miaououououou...Elle a pris ma papatte qui tremblait... qui tremblait...
                     C'est à peu de choses près ce qui est arrivé quand Monsieur Pirate est rentré après cinq jours de fugue ! ! ! 

Il est sorti comme à l'accoutumée vendredi matin, et nous ne l'avons revu que mardi soir . Inutile de vous dire que durant ces cinq jours,  nous l'avons imaginé sous un camion, dans la gueule d'un énorme chien aux dents acérées, dans un trou, coincé quelque part, enlevé,  enfermé dans un sous-sol, noyé, écrasé par un chauffard, présenté sur un plat dans un restaurant asistique, etc...etc...etc...
                      Le matin même, nous avions avertis le vétérinaire, les pompiers, la gendarmerie, les voisins, et scotchée une photo chez notre boulangère. 
                    Enfin, il est là et c'est l'essentiel. Le gronder ? on ne gronde pas un chat ! ils pensent qu'on leur dit des mots d'amour et vous regardent en plissant les yeux de plaisir...lui donner une bonne fessée, c'est aujourd'hui interdit sous peine de plainte pour maltraitance...
                    Alors, après qu'il se soit jeté sur les croquettes, une vache qui rit, et une boîte chère avec le gros chat à l'air bête, nous avons pris pour parti de le regarder dormir.
                    Le poil emmêlé, les coussinets tous sales, des bouloches partout, Monsieur Pirate s'est installé au centre de toutes les attentions, sur la table de la cuisine. Un coussin de mohair tout doux lui a été proposé, et après avoir fait un dizaine de mètres à vélo dessus, il s'y est écroulé profondément endormi.
                    - Regarde le, il dort comme un bienheureux...
                    - Oh! ça peut, tu as vu ce qu'il a mangé ?
                    - Bon, il est rentré, il n'a rien, je respire...demain, il nous racontera tout ça.

                                                                                                         







   
                        


                                                                                  StA le 3/12/09.
Repost 0
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 00:08
           ...Juste un petit album comme ça, pour faire plaisir...

                                             


                                                                                      Sta le 17/11/09.
Repost 0

Présentation

  • : saint-arnoult parler à l'oreille des chats
  • saint-arnoult parler à l'oreille des chats
  • : Les chats, encore les chats et toujours les chats. Une jolie chatte écaille de tortue: "Pivoine" (c'est la fleur préférée de papa). Une grisounette: "pichenette", maman de "pirate" gris et blanc, le flibustier du jardin. D'origine gouttière: "question" parcequ'elle a la queue en point d'interrogation. Une maison de pierre, un jardin, une famille remplie d'amour. Un papa qui murmure à leurs petites oreilles, et retrace leurs aventures...et le reste...
  • Contact

Texte Libre

             

Recherche

Pages