13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 08:35
                    - Viens vite...regarde, là, sur le fauteuil, pirate...Chutt...
                    - pirate !  ses pattes s'agitent dans tous les sens...qu'est-ce-que tu as ! réveille toi !
                    - Non, ne bouge pas...laisse le, il rêve...
                    - Oui, mais il glisse tout doucement, il va tomber, réveille le...
                    - Il ne risque rien avec la moquette...
                    - Oh..." pôve ti père "...
                    - Quoi " pôve ti père ", si ça se trouve, il est au paradis : musique maestro!  zim zim nanana zim tra la la, des danseuses siamoises tournoient autour de lui et le frôlent de leurs corps avides encore chauds de soleil...Les cheveux rouges de maureen o'hara...
                    - Dis donc toi ?
                    - Mais non, c'est lui...
                    - Attention il tombe ! Pirate !                    
                    - Meeeoowwwww! où suis-je ? gipsy ! maureen !  vite papa ils l'ont enchaînée à fond de cale, mon sabre palsambleu ! à l'abordage ! ventre-saint-gris ! ventrebleu !  Forban ! gibier de potence ! de ta jambe de bois je ferai un cure-dents ! vaurien !
                    - Pirate, tu as rêvé...bébé...
                    - Maouou ? que se passe-t-il ? pourquoi  riez-vous comme ça  tous les deux ? gipsy où est-elle ?
                     - Pirate ! mon bébé...tu vois, il est tout drôle maintenant...nous aurions du le réveiller avant...
                    - Gipsy va bien pirate, elle t'attend au jardin près du bassin aux poissons rouges.
                    - Miaaaouew ! Oh papa j' ai fait un cauchemar ! Heu...non... plutôt un rêve !  Qu'est-ce-que c'était chouette ! Nous naviguions en pères peinards...
              .     - Je l'ai déjè vu ce film pirate.
                    - Miaou... maman, tu aurais vu ces danseuses !
                    - Oh ! pirate !

                                                                                               
                                                                                       Sta le   13/11/09         
Repost 0
11 novembre 2009 3 11 /11 /novembre /2009 13:32
                     - Oh  Pirate ! attention ! ça n'est pas sec !... tu vas  faire une tache...Et voilà, j'en étais sûr...oh tu peux me regarder avec l'air du chat sur les boîtes ! Viens là que j'essuie ta patte...tu n'en rates pas une...Tu me diras, Victor Hugo partait souvent d'une tache sur la feuille pour aboutir à un dessin inspirateur de quelques belles lignes. Mais je n'en suis pas là moi...Pour une fois que j'utilise mon stylo à encre... 
                     Et le voilà qui se frotte contre moi en ronronnant ; il traverse mon bureau en long, en large, et en travers froissant  les feuilles blanches, me frôlant de tout son long,  finissant par un bout de queue qui me chatouille les narines et ne va pas tarder à me faire éternuer.
                     - AAAAtchoum !!!
                     - Miaooow...à tes souhaits p'pa ! qu'est-ce que tu écris  ?, tu parles de moi ?, tu dessines ?
                     - Et pourquoi parlerais-je de toi petit chat ? Que crois-tu avoir de plus que les autres ? Bon c'est vrai, tu es beau, superbe même...Mais et alors ?
                     - miiiaaaououou...Tu as ton oeil noir papa, je ne l'ai pas fait exprès !
                     - Heureusement encore ! Quand je pense à ta tante Pivoine qui restait des heures couchée sur ma feuille, blottie contre moi, à lire entre les lignes; de temps en temps un petit coup de ses coussinets sur le crayon, mais surtout un immense ronron de bien-être. On aurait dit qu'elle savait ce que j'écrivais; son ronronnement s'emplifiait dès que je parlais d'elle.
                     - Meeeouou...Tu me pardonnes dis papa ?  miaule-t-il en s'allongeant  de tout son long sur la feuille de papier me présentant son ventre blanc. Son bidon tout chaud roule sous mes doigts...                                                              - Bien sûr que je te pardonne mon Pirate, petit chat turbulent.  Mais où es-tu encore allé te fourrer toi ? tu es plein de bouloches, d'épines, de bouts de ronces...Quand ta mère va voir  ça !                       
                     - meooowwww... j'ai compris, ce soir séance d'épluchage sur le coussin du canapé devant la télé. Papa d'un côté et maman de l'autre, moi sur le dos papattes écartées, mi-éveillé, acceptant d'être tripatouillé dans tous les sens; mais ce soir, à une seule condition: pas de chatouilles.      



                                                                                              Sta Le 11/11/09.
                                 
Repost 0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 18:02
                    - Qu'est ce que tu as Pirate?    
                    -Tu te demandes pourquoi nous avons sortis les beaux habits du dimanche, et où nous allons avec papa ? Nous sommes invités à un mariage.  Deux êtres humains, lorsqu'ils s'aiment très fort, peuvent décider de passer leur vie ensemble, de fonder une famille, d'avoir des enfants, d'habiter sous un même toit, pour toujours. La cérémonie du mariage scelle leur union à jamais. Alors ils réunissent tous leurs amis, la famille, et font une grande fête pour célébrer leur mariage.
                    -Miaaaaaouaou...Comme toi avec papa alors ?
                    -Oui;  il est très difficile de se décider. Il faut être sûr de soi, mais aussi  de l'autre, et surtout s'aimer grand comme toutes les étoiles, comme tous les grains de sable,  comme toutes les  feuilles d'automne,  grand comme tous les oiseaux du ciel.
                    - Miaououou...Tous les oiseaux du ciel ? whaouou...s'aimer comme nous alors, toute la famille ?
                    - Oui, si tu veux Pirate;  vous les chats, comme nous, vous savez aimer très fort. Nous nous en rendons bien compte dans notre vie de tous les jours, à la maison, le maître mot entre nous tous est " l'amour ".
                    - Miaouou?  maman, tu crois que Question aussi elle m'aime fort ? 
                    - Bien sûr ! Elle joue un peu l'indifférente, mais moi je sais qu'elle te surveille toujours d'un oeil et qu'elle est prête à intervenir en toute occasion pour te venir en aide petit chat.
                    - Miaoooou...Je voudrais bien me marier avec elle maman...
                    - Oh, c'est gentil ce que tu miaules mon Pirate, mais il y a de grandes différences entre les êtres humains et  les chats,  la vie de couple ne vous convient pas; et de plus, vous n'êtes pas fidèles entre vous .Les êtres humains, eux, lorsqu'ils s'engagent dans le mariage,  se jurent fidélité; et comme les tourterelles, ne se quittent plus jusqu'à la fin de leur vie.
                     -Miaééououwwwww...Toute la vie !
                     -Oui, pour toujours. Vous les chats êtes fidêles à votre foyer, votre maison, à vos croquettes, mais  Il n'y a qu'à se rappeler ta grand-mère Pivoine...Une nuit, elle a eu plusieurs petits, nous n'avons jamais connus les papas. Elle avait beaucoup d'amis tu sais...ses petits étaient tous différents...Et pourtant ta grand-mère Pivoine était une grande dame, respectable...elle se souvenait bien d'un bel angora, mais...                     
                      -Maowowow...J'espère que gipsy la siamoise des boulangers se souviendra de moi...et ouioui ma cousine...et...et vive le mariage ! ! !


                                                                                              StA le  03/11/2009.       
                    







 
Repost 0
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 19:32
                    - Pirate, tu as très bien travaillé à l'école cette année,  tu as été très gentil avec toute ta famille, ainsi qu'avec tes parents. Alors moi, le seigneur de tous les petits chats, je suis descendu du ciel sur mon nuage tout blanc, afin de te récompenser.
                    - zzz...ron...ron...ron...
                    - Ne me regarde pas avec ces grands yeux tous écarquillés, écoute plutôt ce que je vais te dire.,
                    - zzz...ron...ron...ron...
                    - Pour te récompenser, je t'accorde trois voeux.                      
                    - zzz...ron...ron...ron...
                    - Que souhaites-tu en premier Pirate ?
                    - Je voudrais voler seigneur, aussi haut que les oiseaux !
                    - Quelle drôle d'idée, je n'avais pas imaginé cela lors de la création, mais...accordé.
                    - zzz...ron...ron...ron... 
                    Et Pirate constate que sur son dos, deux grandes ailes de plumes blanches,  comme celles des petits anges se sont déployées puis repliées.
                    - Que souhaites-tu en second ?
                    - Je voudrais une chambre pour moi tout seul, avec les murs recouverts de croquettes et de boîtes à minous; mais tu sais, les boîtes chères, avec la tête du gros chat gris à l'air bête.
                    - Péché de gourmandise petit chat, mais...accordé.
                    -zzz...ron...ron...ron...
                    - Et Pirate,regardant autour de lui ne voit que de délicieuses croquettes et boîtes à chat minou, et le gros chat gris qui le contemple avec amitié sur les étiquettes. Déployant alors ses ailes, il s'élève jusqu'aux boîtes de petits gésiers, et se repose à côté du seigneur,  une boîte de croquettes "qui croquent" entre les pattes
                    - zzz...ron...ron...ron...
                    - Que souhaites-tu pour ton dernier voeu petit Pirate ?
                    - oh seigneur ! je voudrais que le canapé de la tante simone sur lequel je suis entrain de faire la sieste dans un rayon de soleil, profondément plongé dans un rêve merveilleux, cesse de grincer de son vieux bois, et que ses ressorts rouillés se tassent et se taisent, que l'aspirateur de maman arrête ses ronflements, que maman ne déplace pas le canapé afin d'aspirer quelque petit mouton perdu loin de sa bergerie, et que je ne sois pas réveillé par une main douce caressant mes ailes... euh...mon dos...Mais, attention voilà maman !
                    - dis donc Pirate, tu ne vas pas passer ta journée à dormir ! Allez ! oust, il fait soleil, vas dehors ! Mais dis moi...où as- tu trouvée cette jolie plume blanche ?


                                                                                                    StA le 18/09/09.                                               
Repost 0
5 juillet 2009 7 05 /07 /juillet /2009 06:40
                    J'entends papa qui m'appelle:  Il est trois heures du  matin.            
                    - Pirate ! Pirate !
                     Il secoue le paquet de croquettes, frappe dans ses mains, siffle, claque la porte, il va se prendre une pantoufle sur la tête par le voisin s'il continue.
                     je l'imagine cheveux hirsutes, à moitié réveillé, inquiet de mon absence, pestant contre les chats qui n'en font qu'à leur tête.     
                    J'ai très envie de rentrer, mais voilà...  je suis assis sous un réverbère, rempli de nostalgie. Je contemple la petite maison de zezette de l'autre côté de la rue.                       
                     La  maisonnette est fermée. Le jardin sous la lune semble abandonné. Le silence a remplacé la fête. Les hautes plantes à tige ploient sous la fatigue et la tristesse. Elles doivent aujourd'hui se défendre toutes seules contre les diverses agressions de mère nature.          
                    Zezette n'est plus là. Elle est partie rejoindre son Michel, mari qu'elle aimait tant,  et tous ses amis d'hier, humains ou animaux qui faisaient de sa maisonnette une arche de Noé. Elle avait été danseuse dans les plus grands endroits de la planète. Casinos, cabarets, Las Vegas, le champagne pour elle coulait à flot. Puis l'âge venant, elle avait délaissé le monde du spectacle pour se retirer là, à l'abri des turpitudes. Alors, toutes et tous, nous l'avons aimée. 
                    Plein d'images défilent dans ma minuscule cervelle de chat. Ma grand mère Pivoine et ma tante Question m'en on tellement parlé. Et Globule, le copain d'enfance, combien de fois ne m'a-t-il raconté ses escapades avec Pivoine, les soirées jazz, les bandes rivales, les tigrés du lotissement de la croix verte et les siamois des H.L.M., les copains kronenbourg avec leurs motos vrombissantes, les chauffeurs poids lourds aux yeux bridés des pays de l'est .  Et  Zezette qui rayonnante, taille de guêpe,  cheveux blonds et toujours bien mise, tenait tout ce petit monde dans le creux de sa main, vénérée, adulée. 
                    De sa maigre retraite, Zezette dépensait sans compter pour nous les animaux, et pour son jardin. Elle venait en aide à tout animal en difficulté, blessé, abandonné, malade, délaissé...Une fois franchi le portail de son jardin, chacun abandonnait sa colère, sa rancune, sa peine, sa douleur, pour partager avec qui un ane, qui un chien une poule ou un canard un moment de réconfort et un peu de nourriture.
                   De loin aux alentours, des gens apportaient à Zezette des croquettes, des boîtes à chats, à chiens, des croûtes de pain, du lait, chacun y allait de sa bonne action sans rien attendre en retour. La plupart laissaient leur don à l'entrée du jardin ne désirant pas se faire connaître. Il n'y a pourtant aucun mal à faire du bien...     
                    Pivoine m'a raconté l'avoir aperçue esquissant trois pas de danse dans des robes à froufrous au sein de son jardin rempli de fleurs. A son grand âge, sa silhouette faisait encore bien des envieuses.   
                    - Pirate ! Pirate !
                    - J'arrive papa, dis, tu me raconteras l'histoire de Zezette?

 .
                                                                                                                 StA le05/07/09.
Repost 0
15 juin 2009 1 15 /06 /juin /2009 09:42
                    Gosses de riches a crié papa. Tout ça parce que ce matin, Question, Pichenette, et moi, tournons autour des assiettes remplies de croquettes, sans y toucher, en les regardant dédaigneusement.
                    Mais papa, d'ordinaire, tous les matins, c'est une boîte comme à la télé, avec la tête du gros matou à l'air bête sur l'étiquette, ou les petites boîtes qui coûtent cher, un peu de jambon, un reste de poulet émiétté, une soucoupe de lait, et moi j'ai même droit à une vache qui rit que maman me donne morceau par morceau en me disant des mots d'amour.
                    Ils n'ont pas fait les courses; alors ce matin : croquettes. Elles ne sentent même pas bon celles là; Pas les mêmes, pas de couleurs, pas de petites étoiles, pas de petites boules rouges et vertes qui roulent sur le carrelage. Elles devaient être au fond du placard depuis des mois, des années.
                   Alors papa qui vient de se lever et qui savoure son petit déjeuner avec jus d'orange, confitures, miel, pain grillé, s'apercevant que nous ne mangeons pas, et que assis sur notre postérieur, nous le regardons l'air accusateur,
nous a apostrophés:
                     - Non mais regardez moi ces trois là qui font les difficiles ! Et les chats de gouttière, les abandonnés, les délaissés, les perdus, qu'est ce que vous croyez ? qu'ils ont du caviar et foie gras à tous les repas ? Et pendant la guerre, et sous l'occupation, et gnagnagna et gna gna gna et gnagnagna...gosses de riche !

                                                                                      StA le 15/06/2009.
Repost 0
17 mai 2009 7 17 /05 /mai /2009 09:40
                    Nous les chats n'aimons pas la pluie. Aujourd'hui, il tombe des hallebardes a dit papa l'air exédé. Je suis d'accord avec lui .
                    - Allez vous en les hallebardes ! 
                    Debout sur mes pattes arrières, appuyé contre les carreaux, je contemple le jardin sous l'ondée. Pas de vent, mais de grosses gouttes de hallebardes qui frappent le sol et éclatent en de multiples gouttelettes. 
                    Je pense à tous mes amis du jardin qui doivent être blottis chacun dans son abri.
                    Seule maggy la tortue peut  vaquer à ses occupations quotidiennes. Soleil ou pluie, elle ne sort jamais de chez elle.
                    Mais Mouche, le chat tacheté, l'amoureux de ma tante Question, où est-il donc ? Question, elle, est lovée sur un coussin tout doux sur le canapé télé et dort profondément.
                    Et Harry le hérisson, il doit s'être planqué sous un des tas de bois. Un ami de papa lui a donné plein de vieux bouts de chêne qu'il a coupés et alignés contre un mur.  Des morceaux de poutres, de chevrons irrécupérables, mais qui portent en eux le passé des vieilles maison de pierres usées par le temps.  Dans la cheminée, ils procurent une chaleur que seuls les bois très durs et lourds de passé savent diffuser.
                    Quand est- il du chat rouquin à trois pattes qui fait peur parcequ'il ressemble au capitaine Crochet ?                     Globule l'ex grand copain de ma grand mère Pivoine doit dormir chez ses parents les anciens boulangers de la place du village. Chez eux, il y a toujours du feu dans la cheminée en souvenir du fournil, ils ne peuvent s'en passer.
                    Maman est désespérée ; ses pavots et ses pivoines reposent sur l'herbe pétales chiffonées.
                    Papa avait l'intention de tondre la pelouse ; les petites marguerites qui luttent pour ne pas plier survivront encore quelques jours.
                    C'est évident, quand il pleut, il y a tant de choses très agréables que nous ne pouvons plus faire. Grimper jusqu'en haut du cerisier relève de l'impossible, une seule griffe qui glisse et ce peut être la chute.
                    Et puis à batifoler dehors par temps de pluie,  mes taches blanches sont vite recouvertes de vert . Je ressemble  à E.T. et dois faire et refaire ma toilette.
                    Et si j'allais faire une petite sieste des familles dans un coin sympa de la maison, en attendant l'accalmie...Nous les chats avons besoin de beaucoup de sommeil. J'entends la musique dans le bureau de papa, il écoute le dernier album de Diana Krall  " quiet nights " Elle y chante une reprise de  "il pleut il mouille, c'est la fête à la grenouille"  J'y vais !
                     - Miaôôw : Salut P'pa . 
                     - Ah te voilà toi. On voit qu'il pleut, tu tournes en rond...
                      Sous son imprimante, il a placé un coussin en mohair tout doux, il doit être confortable à souhaits car j'ai aperçu Pichenette qui y laissait quelques poils il y a peu ; je crois que je vais l'essayer.
                     Tiens, papa s'est endormi sur sa chaise, que faire quand il pleut ?  eh bien, nous, nous savons...


                                                                                                      StA le 17/05/09.

Repost 0
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 07:55
                    Tu sais maman, papa m'a dit que j'étais un véritable gardien de but. Pour un compliment,c'est un beau compliment. Quoique moi, le foot...je préfère les grands prix de formule un, allongé de tout mon long contre lui.
                    Tout cela parce que chaque matin, lorsqu'il prend son petit déjeuner, il me fait une boule de papier qu'il me jette et que je lui rapporte à plusieurs reprises.
                    Mais depuis quelques jours, il ne la lance plus de la même façon. Il ne l'envoie plus le plus haut et le plus loin possible à l'autre bout du salon, quand je la cherche ne sachant où elle va tomber. Il la jette juste au-dessus de ma tête, et je ne peux m'empêcher de sauter, de plonger comme avec les insectes du jardin pour la saisir. Je fais un bond et attrape la boule au vol ou la frappe de mes papattes pour la dévier comme un gardien de but.
                    Quand je l'attrape, il m'applaudit en criant " Bravo Pirate ! Bravo le chat champion du monde ! "  
                    Papa adore faire ces tirs au but ; il est resté très grand enfant tu sais...Enfin, si ça l'amuse...

                                                                       StA le 12/05/09.
Repost 0
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 06:18
                    Ce matin,  j'étais entrain de démêler ma jolie queue grise d'une langue râpeuse à souhait, quand papa s'est levé. Il est arrivé dans le salon tout ébouriffé, et encore rempli de sommeil. J'ai cru qu'il allait me faire une reflexion, parce que je n'ai pas dormi au pied de leur lit cette nuit, mais sur le vieux fauteuil de la tante Simone  dans le salon. Me retournant sur moi-même, je lui présente  mon ventre  tout blanc en ronronnant comme il aime.  Sa main gratouille mon bidon.                                                                        
                    Sept heures, ça n'est pas une heure habituelle pour lui; que se passe-t-il ?
                    - Bonjour mon Pirate, tu es le premier levé ce matin à ce que je vois.
                    - Maoooooooww ! bonjour papa, tu es tombé du lit ?
                    Quelquefois, je sais qu'il comprend ce que je lui dis, mais là, il dort debout...?...alors...?
                    - Meeeeeeouou ! houhou, tu es bien réveillé papa ?
                    Tu es toujours le premier à réclamer à manger toi !
                    - Miaaaaaaououou ! mais je n'ai rien demandé ! 
                    D'ailleurs, tu es toujours le premier partout. Quand tu es né, tu es sorti le premier; tu as été le premier à têter,  le premier à sortir du panier d'osier, le premier à utiliser la caisse pour..., le premier à jouer, à ronronner; à s'étirer de tout son long pour offrir son ventre aux caresses, le premier à sortir dans le jardin, le premier à monter jusqu'en haut du cerisier. Nous sommes allés voir ta maîtresse à l'école, et tu es le premier de ta classe ! ..., mais tu es aussi ma première merveille
                    -Maouaou !  papa tu dis n'importe quoi ce matin... alors, et les croquettes ? 

                                                                              Sta le 10/05/09.
Repost 0
5 mai 2009 2 05 /05 /mai /2009 08:39
                    Juste un petit album, une dizaine de photos, comme ça...

                                                                                StA le 05/05/09.
                                                                                              
Repost 0

Présentation

  • : saint-arnoult parler à l'oreille des chats
  • saint-arnoult parler à l'oreille des chats
  • : Les chats, encore les chats et toujours les chats. Une jolie chatte écaille de tortue: "Pivoine" (c'est la fleur préférée de papa). Une grisounette: "pichenette", maman de "pirate" gris et blanc, le flibustier du jardin. D'origine gouttière: "question" parcequ'elle a la queue en point d'interrogation. Une maison de pierre, un jardin, une famille remplie d'amour. Un papa qui murmure à leurs petites oreilles, et retrace leurs aventures...et le reste...
  • Contact

Texte Libre

             

Recherche

Pages