29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 09:00
                    - Pirate, viens un peu par ici faire ta toilette !
                    - Mais maman...
                    - Pirate, je ne te le dirai pas deux fois !
                    - Maiaiais, c'est noël, je peux bien jouer un peu avec mes jouets !
                    - Tu auras tout le temps plus tard, mais avant tout c'est la toilette.
                    - Oh maman, cinq minutes...
                    - Pirate, je vais me fâcher !
                    - oh ! noooon ! à cause de toi, je ne trouve plus la boule de papier que papa m'a faite...
                    - Pirate, si tu n'écoutes pas, le père noël va revenir chercher tous tes jouets; tu l'auras bien cherché, ce sera bien fait pour toi. Il a horreur des enfants qui n'écoutent pas leurs parents. 
                    - Maiaiais je ne fais rien de mal !
                    - Arrêtes avec tes " mais " et viens te laver tout de suite sinon gare !
                    - Dis maman, tu crois qu'il m entend le père noël en ce moment ?
                    - miaules plus fort je n'ai rien entendu.
                    - Tu crois qu'il m' entend, parce que je ne suis pas content après lui, moi, le père noël ! Il ne m'a pas apporté ce que j'avais demandé sur ma lettre.
                    - Peut-être, mais tu sais, il lui faut contenter tous les petits chats du monde, alors parfois il donne un joujou  à la place d'un autre à un petit chat qui a du chagrin. 
                    - Moi aussi j'ai du chagrin des fois...
                    - Oui c'est vrai;  mais ton chagrin à toi, est-ce qu'il est important ? est-ce que tu pleures parce que tu n'as rien à manger ? ou que tu es tout seul perdu ? que tu es malade, que tu as froid, parce que tu n'as plus de maison, comme les petits chats de Rose et Joëlle ?...Toi tu es un petit chat très heureux et très gâté, mais très capricieux. Je vais lui dire, moi, au père noël ! Tu sais il est toujours là, il vérifie durant quelques jours s'il n'a pas oublié un petit chat malheureux quelque part .
                   - Tu sais maman, tu peux lui dire si tu veux, mais dis lui aussi qu'il peut reprendre tous mes jouets et les donner à des petits chats malheureux. Et si papa et maman sont d'accord, il peut aussi prendre des croquettes dans le placard. En attendant, je vais faire ma toilette; et après, je vais lui écrire ma lettre pour l'année prochaine.

                                                                          StA  le 29/12/08.


                                                                                  
Repost 0
28 décembre 2008 7 28 /12 /décembre /2008 00:00

                    Malgré le froid, J'ai convaincu Globule d'aller faire le tour de la grande pièce d'eau. Tous deux blottis au chaud dans notre fourrure, nous allons dans la nuit qui tombe. 
                    - Evelyne, la jolie dame météo a annoncé moins huit degrés pour cette nuit Globule.
                    - Moins huit ! Je comprends pourquoi j'ai les coussinets qui piquent.
                    J'ai besoin de marcher un peu pour éliminer les excès du réveillon; Et puis c'est plus fort que moi, depuis que Pichenette et Pirate sont arrivés chez nous, j'ai tendance à finir toutes les assiettes de peur qu'ils ne me laissent rien.  Alors ma silhouette en a pris un petit coup. Papa  caressant mon ventre tout blanc, m'a dit que j'étais grosse comme une loche. Question aussi a pris des rondeurs. Comme une loche...tout de même...
                    - Je vais devoir me mettre au régime Globule.
                    - Mais non, tu es bien comme tu es; ma grand-mère miaulait : " il vaut mieux faire envie que pitié ".
                    - Merci Globule. Dis donc elles sont bien passées tes huîtres ? 
                    - Oui, pas toi ?
                    - Si, mais j'ai eu du mal à digérer. C'était peut-être le foie gras, j'en ai pris deux fois...
                    - Sympa de la part de tes parents d'avoir organisé un réveillon de Noël pour chats, et de m'avoir invité. 
                    - C'est normal Globule; je n'aurais jamais abandonné mon copain d'enfance tout seul un soir de Noël !  
                    - Et puis un cadeau pour chacun...Comment tes parents ont-ils pu savoir que j'avais égaré ma souris bleue ?...C'est exactement la même...Elle ne sent pas encore les petits gésiers, mais ça viendra.
                    - Et lorsqu'il ont ouvert le placard à croquettes en criant  " joyeux noël " ! avec toutes les boîtes chères alignées sur les étagères,  des croquettes qui croquent à tous les parfums !  La tête à Pirate ! Quels amours que mes parents !...
                     - Tu sais Pivoine, je pense qu'ils ont eu une très bonne idée d'organiser cette soirée de noël rien que pour nous; non seulement pour fêter noël, mais le climat était encore un peu tendu entre les anciens et les nouveaux chez vous. Les territoires n'étaient pas encore bien définis. Ce moment partagé a calmé les ardeurs.
                    - Tu as raison Globule; tu n'as pas remarqué, mais au moment de la coupe de lait quand nous miaulions tous en coeur, j'ai du donner un petit coup de patte à Pirate. Lui et ses mauvaises manières...Il a toujours le nez  là où il ne faut pas. C'est peut-être le N°5 que la cousine mimi a oublié lors de sa dernière visite qui
l'intrigue ?...
                    - Bon, Pivoine, on rentre, ? il se fait tard, et avec la nuit, c'est le froid qui s'installe.
                    - Oui, allons retrouver la douce chaleur du foyer auprès de la cheminée, mes amis les radiateurs, le beau sapin où les lumières scintillent, ma famille...
                    - Je te trouve bien mélancolique Pivoine.
                    - C'est vrai, je pense à tous nos petits frères sur la planète qui n'ont pas notre chance. Dis Globule, je
peux te faire un bisou ? un vrai ?
                    - Ce sera avec plaisir mademoiselle Pivoine;  j'attendais ce jour depuis si longtemps . 
                    - Joyeux noël mon Globule...                             
                    - Joyeux noël ma jolie Pivoine...


                                                                                    StA le 28/12/08.

Repost 0
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 16:01
      Pirate le flibustier n'a que quatre mois mais ! ! !
Repost 0
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 11:24
              
                   Papa prend son petit déjeuner. Il est assis à une extrémité de la table de la cuisine;  à l'autre bout, maman a déposé sa corbeille de linge bien repassé.  L'air dans le vague, il contemple par la fenêtre le va et vient des oiseaux du jardin; Pichenette l'observe assise au pied  de la table.
                   - Bonjour ma Pichenette, qu'est-ce que tu as à me regarder comme ça ?
                   - maoooow... Il est tard pour ton petit déjeuner, maman est debout depuis sept heures !
                   - Dis donc, c'est facile comme remarque; mais ça n'est pas toi qui te couches à trois heures du matin,  après avoir longuement travaillé à l'ordinateur, afin que tu sois belle, sur le blog !
                   Pichenette saute sur la table et regarde Papa croquer dans sa tartine.
                   - Pas sur la table quand on mange Pichenette !
                   - miiiaaaou...Oh papa je m'en moque de tes tartines, tu as vu tout le linge que maman a repassé levée à sept heures ?
                   - Ma chère Pichenette, je te dispense de tes remarques; l'avenir est peut-être aux gens qui se lèvent tôt, mais tout dépend de l'heure à laquelle ils se couchent. Les hommes ne sont pas comme les félins qui passent  leur temps à dormir.
                   - Maououou...Mais papa, ne le prend pas mal, je disais ça uniquement en pensant à maman et au mal qu'elle se donne pour bien tenir la maison. Il sent bon le linge papa...Tu crois que...euh...
                   - Alors là tu as un sacré culot ! Tu vas te coucher dans le linge propre ?! Et maman qu'est-ce qu'elle va dire ?  Mais dis moi, tu comptes te lever à quelle heure ?


                                                  
                                                                                             StA le 17/12/08.
Repost 0
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 17:48
                    - meuew ! ...
                    - non Pivoine...
                    - meouw !                    
                    - ah, c'est mieux...
                    - miaoow ! 
                    - non, ça c'est en italien !
                    - mieuoow !
                    - presque !
                    - eh mais dis donc c'est pas facile l'anglais papa ; Toi tu le parles couramment,  c'est bien, mais moi, je n'ai jamais mis une patte en Angleterre ! Ceci dit,  je voudrais tant faire la surprise à mon Totob qui vient pour les fêtes.        
                    - Attends Pivoine, on va essayer quelque chose... Une petite pomme de terre au micro onde, juste  dix secondes tu vas voir....
                    - Une pomme de terre ! euh...papa tu te sens bien ?
                    - mais non, ne t'inquiètes pas, tu vas voir, c'est comme ça qu'on faisait avec les copains au lycée. le meilleur moyen pour avoir un bon accent anglais, est de parler avec une pomme de terre chaude dans la bouche.  Tu vas essayer pour voir. 
                     - Ecoutes, c'est bien pour te faire plaisir mais...
                     - Ouvres la bouche... là, essayes...tu vas voir, c'est très " Oxford ".
                     - ch'é chow !
                     - ça marche ! miaule maintenant !
                     - meow... meow... ouille ch'est show !!
                     - Super ! Pivoine parle anglais !

                                                                                        StA le 11/12/08.
Repost 0
8 décembre 2008 1 08 /12 /décembre /2008 15:45

Album photo du " flibustier "

                                                                   StA le 08/12/08. 

Repost 0
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 23:41

                     J'ai attendu longtemps avant d'en parler, mais aujourd'hui je me décide. J'avais trop de chagrin, trop de souvenirs qui me faisaient mal...Toby, mon grand ami, mon frère terre-neuve, ma grosse boule de poils de quatre vingt kilos, mon garde du corps, est parti vivre en Grande Bretagne.
                     Je suis triste...Comme il me manque...Il fallait voir les intrus du jardin se carapater quand averti de leur présence par mon miaulement s.o.s. il leur cavalait derrière. Sa grosse voix  faisait trembler les vitres...Ses coups de langues auxquels on ne s'attendait jamais me laissaient humide et débarbouillée.
                    Jamais je ne pourrai l'oublier. Je l'ai connu tout petit...En réalité pas si petit que ça,  tout bébé, il était 
déjà vingt fois plus gros que moi. Tout de suite, entre nous, ce fut le coup de foudre. L'amour platonique est parfois plus fort que tout autre... Chaque fois que nous passions l'un à côté de l'autre, nous ne pouvions nous empêcher lui sa lichouille et moi câlin de la tête, queue dans les pattes.
                    Mais un jour, Toby a fait une grosse bêtise...Victor, petit garçon de trois ans, s'est approché de lui pour lui faire un bisou, comme à un nounours. Les terre-neuves adorent les enfants; Toby,  peut-être surpris, l'a mordu au visage. Pas gravement, mais suffisamment pour lui laisser une petite fossette sur la joue qui lui donne aujourd'hui quelque charme.
                    Papa a pardonné mais nous a bien prévenu que Toby était un gros animal, doué d'une force considérable, mais aussi doté de crocs, et qu'il fallait rester vigilants.  Ce qui s'était passé n'était pas normal. Un terre-neuve ne s'attaque jamais à un enfant, ou à plus faible que lui. 
                    Quelque temps plus tard,  nous profitions des derniers rayons de soleil d'une belle journée d'été sur
la terrasse d'Emmanuel. les glaçons tintaient dans les verres, la fumée du barbecue partait dans le bon sens, la table était couverte de bonnes choses. Papa discutait avec manou et son copain décorateur Phillipe. Toby dormait allongé sur l'herbe. Moi, je surveillais les saucisses.
                     Annelaure et Victor sont sortis de la maison. Papa et Anne laure se sont regardés une fraction de seconde, comme si tous deux avaient été avertis de ce qui allait se passer ; et heureusement, car alors que Victor contournait la table, Toby s'est soudainement dressé et jeté sur lui les crocs sortis, babines relevées, sans que le gosse ait fait quoi que ce soit. Papa s'est jeté de sa chaise sur Toby, le ceinturant par le train arrière, le bloquant sur place au moment ou il allait saisir Victor dans sa gueule. Anne laure a pris Victor dans ses bras, pendant que Papa et Toby roulaient au sol.
                    Tout cela était arrivé en une fraction de seconde, et personne n'avait réalisé ce qui se passait. C'est alors que Toby s'est retourné sur papa et a refermé ses crocs sur lui. Les terre-neuves imposent leur masse imposante mais ne mordent pas. Toby, lui, a mordu profondément Papa sur le côté et sous l'aisselle avant qu' Emmanuel n'intervienne " shootant " dans le chien, ce qui lui a fait lâcher prise.
                     Rien, absolument rien ne pouvait laisser présager ce qui s' est passé. Jalousie envers le petit garçon peut-être...cela reste un mystère.                      
                    Papa et maman désespérés, Toby était leur troisième terre-neuve, ont pris contact avec éleveurs, dresseurs, vétérinaires, club du terre-neuve, et autres spécialistes, ils ont été unanimes pour dire qu'un Terre-neuve méchant doit être euthanasié. La mort dans l'âme, ils ont pris rendez-vous avec leur vétérinaire.
                    Avertie de ce qui s'était passé, annette, la cousine anglaise de papa qui tient un "  bed and breakfast "
à Douvre en Angleterre a téléphoné quelques heures avant le rendez-vous pour dire qu'elle prenait Toby.
                     Papa lui a bien expliqué le danger, la responsabilité qu'elle prenait. La paperasserie a pris six mois durant lesquels Toby a été placé en quarantaine, puis Annette est venue le chercher.
                    Aujourd'hui, il y a déjà près de deux ans qu'il est parti et me manque comme au premier jour. Il est dans un tout autre univers, en bord de mer, les terre-neuves sont des chiens de mer, il obéit à une autre langue, Annette et son mari sont des amours...
                    Ca m'a fait du bien de vous raconter cette mésaventure. En douce de Papa et Maman, j'apprends l'anglais et prévois un petit voyage à l'étranger...

                                                                                Pivoine.

                         


                                                                                            StA le 05/12/08.
                                                                                                 

                   

Repost 0
1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 10:30

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

                  

                    Question est arrivée dans le salon et s'est perchée sur la petite table de nuit près de la porte fenêtre. Assise le long de la lampe en pâte de verre, la tulipe semble lui faire un chapeau. Effleurant son poil, un  radiateur diffuse sa douce chaleur, c'est là un poste de guet idéal pour voir ce qui se passe dans le jardin aujourd'hui enneigé.

                    Pirate, petit chaton gris et blanc qui vient tout juste d'avoir trois mois, la suit partout depuis ce matin. Il a eu beau se cacher derrière le moindre grain de poussière, un pied de chaise ou de table, elle l'a tout de suite repéré mais feint de ne pas le voir. De sa langue râpeuse, elle se livre a une légère toilette.

                    Le petit chat se décide, et de toute sa hardiesse et innocence, il s'approche de la table. Assis sur son derrière la tête en l'air, il observe.

                    - Miaouou ? Je peux monter à côté de toi ?

                    - PFFFF ! PFFFF! Laisse moi tranquille petit chat !

                    - Miaaaou ? Eh bien alors, qu'est-ce que tu as ? Pourquoi me souffles-tu ainsi ? Ce n'est pas comme ça que l'on m'a élevée moi; la politesse d'abord, les états d'âme ensuite.

                    - Mieeeooow; Qui es-tu toi pour me donner des leçons ? Ne t'a-t-on pas appris le respect des anciens ?

                    - Miaououww. On m'appelle Pirate, fils de Pichenette, et je griffe plus vite que mon ombre ! Surtout le canapé de la tante Simone ! Mais pourquoi me regardes-tu avec ces yeux méchants ? Moi je veux seulement te faire un câlin, des bisous, jouer avec toi ?

                    - Mieeeowow ! Bas les pattes petit, tu viens d'arriver dans cette maison, je ne suis pas encore prête à partager mes odeurs ! Des pourmiauler ont lieu avec ta mère; et nous avançons vers une entente cordiale. Quand 

à toi, stop !

                    - Miou...Qu'est-ce que j'ai fait de mal ?

                    - Maaaoow. Ne me prends pas par les sentiments Pirate, malin petit chat que tu es, à la belle frimousse, sache que l'on ne fait pas sursauter une chatte adulte et responsable comme moi en l'approchant par derrière, et en vérifiant effrontément si elle a bien fait sa toilette partout !

                    - Miaouou ? Je peux monter à côté de toi ? 

 

 

                            

                                                                                         StA le 01/12/08.

 

Repost 0
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 06:50

           

                    J'ai trouvé au fond d'un tiroir

                    un petit papier blanc passé.

                    Sur lequel il y a très longtemps

                    Afin de pallier mon manque de mémoire,

                    J'ai noté comme je le fais souvent

                    Une phrase, un seul mot, une idée,

                    Quelques pattes de mouches

                    Qu'il faudra décrypter.

                    Mais comment ai-je bien pu

                    A ce point t'oublier

                    Au fond de ce tiroir ?

                    Ne pas t'avoir relu,

                    Te laisser replié,

                    Tout seul dans le noir ?

                    Je ne sais plus d'où tu viens

                    Petit bout de papier...

                    Souvenir incertain

                    Bien vite griffonné.

 

 

                    Je vous livre la phrase, qui m'avait tant frappée, dont l'auteur avait l'âme d'une telle grandeur:

                  

                    " Quand les caméras seront parties,

                       et qu'il ne restera que la misère,

                       il ne faudra pas oublier. "

 

                      Mon épouse se souvient; c'est de Patrick Poivre D'Arvor de retour d'un pays  sinistré...

 

                                                                                StA le 24/11/08.

Repost 0
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 08:56

 

                   Ah ! ces anglais...pure merveille. 

 

 

         

 

        

 

        

 

 

                                                                                            StA 22/11/08.

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : saint-arnoult parler à l'oreille des chats
  • saint-arnoult parler à l'oreille des chats
  • : Les chats, encore les chats et toujours les chats. Une jolie chatte écaille de tortue: "Pivoine" (c'est la fleur préférée de papa). Une grisounette: "pichenette", maman de "pirate" gris et blanc, le flibustier du jardin. D'origine gouttière: "question" parcequ'elle a la queue en point d'interrogation. Une maison de pierre, un jardin, une famille remplie d'amour. Un papa qui murmure à leurs petites oreilles, et retrace leurs aventures...et le reste...
  • Contact

Texte Libre

             

Recherche

Pages