8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 08:50

Comment peut-on à la fois les aimer et les haïr ?

C'est la question que je me pose suite à l'inestimable cadeau que nous a rapporté Padypady, chatte au noir de geai et yeux dorés, qui s'est mise à miauler, miauler et miaumiauler dans la véranda.

Elle était allongée de tout son long, le ventre agité par les puissants ronrons qu'elle émettait. Devant elle, son cadeau, étiré de toute sa longueur, un magnifique petit écureuil marron fauve au ventre blanc gisait inerte.

Mon réflexe fut de me jeter sur le petit animal afin de voir si une lueur de vie restait en lui, mais hélas celui-ci n'était plus là, il devait voyager vers la lumière sa petite âme remplie de noisettes.

Je pris le petit corps désormais sans vie dans mes mains une immense tristesse m'envahissant... Dans quel monde vivons-nous ? Qu'elle injustice !

Nous l'avions aperçu avec mon épouse, il était assis sur une branche du cerisier, et grignotait une cerise bien juteuse. Ses petits yeux noirs scintillaient tels des boutons de bottine. A plusieurs reprises, nous l'avions admiré grimpant dans le grand sapin, s'élançant de branche en branche... c'était un régal pour les yeux et pour nos p'tits cœurs, et voilà...

J'avais déjà traité nos chats de tous les noms d'oiseaux lorsque à différentes reprises ils nous ont offert l'un un petit mulot, l'autre une mésange, mais là, devant ce petit écureuil, je me suis mis à hurler des mots venus d'ailleurs, des insultes les plus vulgaires, des qualificatifs innommables...

Mais cette fois, c'est le ciel que je me suis permis d'insulter. Je lui ai jeté toute ma haine enfouie au plus profond de moi-même face aux terribles maux et injustices qui peuplent notre existence dans notre vie de tous les jours.

Encore une fois, cette nature quelquefois si cruelle aura eu raison de l'existence d'un petit être innocent... Animal ou humain, qu'on ne me parle plus jamais d'égalité...

Je n'en veux pas à ce félin qui a choisi de nous accompagner et de traverser les choses de la vie à nos côtés, mais je le hais autant que je l'aime......C'est ainsi..... Je suis plutôt d'un naturel réservé, quoique, mais je ne me savais pas capable d'autant de gros mots.

StA le 08/07/2016

1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 12:44
 HUMMMM ! ça sent bon....  HUMMMM ! ça sent bon....

 

Soirée poésie chez Zezette hier soir. Entre deux poèmes et un moment de silence, je suis allé me refaire une beauté dans l'espace réservé aux minouches. A peine entrée, je l'ai sentie ! Certainement abandonnée par quelque midiminette patchouli, une puce a profité que je séchais mes papattes dans l'appareil à air chaud, pour me sauter dessus. Je m'apprêtais à intervenir, quand par la petite fenêtre entrouverte, j'ai entendu le son du paquet de croquettes que Papa agitait loin de là.

Pas vraiment passionnée par les rimes de deux bobos angoras, j'ai posé une patte sur l'épaule de Zezette et me suis éclipsée discrètement.

- Ah te voilà, j'allais fermer la porte.

- Bonsoir Papa, il n'est pas si tard ?

- Ton coussin de laine polaire t'attend près du radiateur ma Puce.

- Ma puce ! Ah je l'avais oubliée celle-là !

Assise sur le bras du canapé de la tante Simone, je me livrais à une dernière toilette, papatte en l'air bien droite avant de dormir, quand j'ai su où elle était.

Un léger chatouillis à mon aisselle droite, là où je conserve une petite boulette de coton démaquillage de maman. Pas folle la puce car c'est là un petit endroit bien douillet, où flotte en permanence une agréable odeur de mûre, le parfum préféré de maman. Celle-ci laisse dans son sillage ce léger parfum qui ne laisse jamais personne indifférent.

Souvent , lorsqu'ils croisent d'autres humains, ceux-ci s'arrêtent surpris, et se retournent les regardant s'éloigner, un petit air triste sur le visage la merveilleuse odeur s'estompant après quelques secondes.

Et les compliments parfois: Dans une file de caisse où attendant un taxi: "humm...humm... vous avez un parfum très agréable madame..discret, difficile à définir, mais humm...." Heureusement, ces compliments viennent toujours de dames sinon il y aurait souvent bagarre avec papa !

Je me souviens un jour où mon p'tit frère Manou disait à Papa:

- Je ne sais pas quoi offrir à maman pour la fête des mères...

- Tu pourrais lui offrir un flacon de son parfum à la mûre.

- Heu oui Papa mais je n'ai pas assez de sous...

- Ne t'inquiète pas je mettrai au bout, quand on aime, on ne compte pas.

Quel plaisir d'être réveillée par le doux parfum de maman; c'est comme quand la main de Papa nous chatouille sous le p'tit cou, ou derrière les oreilles .Il n'y a qu'à fermer les yeux et croiser les griffes pour que ça dure le plus longtemps possible.

Quand maman traverse la maison, Question sur le canapé de la tante Simone, Padypady dans sa corbeille traiteur, et moi sur un pull de Papa, nos trois têtes se dressent, nous humons l'air à la recherche du petit plus, et plus encore de cette délicieuse odeur, et nous nous

regardons toutes les trois, attendries yeux plissés avant de replonger doucement dans nos rêves dorés.

Mais là, il s'agit d'une urgence; pas question d'abriter une seule minute de plus ce parasite indésirable. Ma papatte droite sort mes griffes acérées comme des lames de rasoir, et d'un seul coup coince l'intruse entre des barreaux infranchissables.

- Je ne veux pas te tuer petite puce, je ne suis pas cruelle, mais tu vas aller habiter ailleurs.

Et d'un saut sur l'évier de la cuisine, je glisse ma patte par la fenêtre entrebâillée et propulse l'indésirable dans le jardin.

Tout compte fait, je vais aller dormir dans la salle de bain sur la première marche de la grande baignoire, en face du radiateur à chaleur rayonnante à côté du flacon de parfum de maman. Il sent encore meilleur celui-là, c'est celui de Manou.

 

StA le 01/03/2016.

27 février 2016 6 27 /02 /février /2016 12:31
LA CORBEILLE DE PADYPADY

- Miaououououeoweowououou miaule Padypady:

Mon petit frère Manou qui frise la quarantaine, mais n'a plus un cheveux sur le caillou, est arrivé avec une magnifique corbeille de fruits dans les bras pour papa et maman.

Invité au pot de départ d'un ami, nous a-t-il raconté,ils se sont partagé ce qu'il restait du buffet, et il a ramené cette jolie corbeille de fruits frais que pratiquement personne n'avait touchée.

En quelques jours, les fruits dont ils sont friands ont été consommés, et la petite corbeille déposée sur une marche de l'escalier, à hauteur du radiateur, attendant d'être ajoutée à la collection de paniers divers et variés de maman.

Moi, je passais par là,me dirigeant vers ma soucoupe, sur la huitième marche de l'escalier, (je les compte à chaque fois , c'est plus fort que moi. Les humains font pareil m'a dit le véto), afin de vérifier si maman n'aurait pas laissé tomber là, un bout de gras de jambon, un p'tit sot l'y laisse, ou quelque reste de poisson frais puisque nous sommes vendredi. Mais non, trois croquettes se battent en duel telles les trois mousquetaires, je ne vais pas jouer les Richelieu, je les laisse s'entretuer.

Mais en redescendant..........hummm..........hummm.........Qu'est-ce qui sent comme ça ? Une odeur de gros matou mal léché, mêlée à un doux parfum de dattes, de paille, de miiel et de petits gésiers. C'est la corbeille...une corbeille de traiteur a pu contenir tant de bonnes choses que nous les chats à leur approche, sommes instantanément envahis d'images délicieuses,de désirs inavoués, tressaillements de nos quenottes.

Maman n'allant pas tarder à la faire disparaître, j' avançai les deux pattes dans la corbeille, flairant chaque brin de paille, et mesurai la richesse des parfums délicats et subtils qui me chatouillaient les narines et me faisaient imaginer les mets les plus rares, les plus succulents. Je décidai alors de m'y asseoir afin de faire comprendre à tous que cette corbeille était désormais la mienne.

A peine assise, je n'ai pu résister aux senteurs paradisiaques, et me suis laissée aller, grisée de plaisir, lovée, abandonnée à des rêves de chat botté.

StA le 27/02/2016..

30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 09:29

Allez les fifilles, tout le monde dehors, ouste, non non non, on ne reste pas à l'intérieur; il fait beau, les greffiers dehors !

- meeeeowww !: Non mais dis donc papa, ça ne va pas ?

- meeiaououou: Bah oui , pichenette a raison, qu'est ce qui te prends ?

- maaaououou: Je suis d'accord avec padypady et pichenette ! tu exagères papa, tu pourrais nous parler plus gentiment..."ouste"... " les greffiers dehors ":...non mais tout de même ! tu nous parles comme à des chiens ! Nous sommes des félins; des chats, et pas des greffiers comme tu le dis vulgairement ! ! !

- Alors là , vous avez un sacré culot ! ça fait dix minutes que je vous appelle et que vous faites semblant de ne pas entendre. Tous ceux qui habitent chez leurs chats savent très bien de quoi je parle..

.Quand vous avez trouvé un petit coin confortable, dans le panier de linge propre, sur la marche de la grande baignoire en face du radiateur à chaleur rayonnante, ou bien sur le canapé de la tante Simone dans un rayon de soleil filtrant à travers la porte-fenêtre, alors là, dodo, ronron, et fichez moi la paix !

Eh bien non ! et puis " greffier " n'est pas un mot vulgaire ! Il y a même un village près de Rambouillet qui s'appelle "greffier". Votre oncle Louis Nucéra, qui hélas nous a quitté en 2000, fauché par un fou du volant à Nice, alors qu'il pratiquait son sport préféré, le vélo, a écrit un livre qu'il a appelé " le greffier ". Et il était pourtant un amoureux de la langue française, un homme d'une grande culture, qui a reçu de nombreux prix littéraires dont le grand prix de l'académie française, le prix interallié etc...La bibliothèque de Nice porte son nom.

Et si votre tante Suzanne épouse de votre tonton Louis vous entendait, elle ne serait pas contente après vous. Elle s'occupe, à la demande de nombreux amis et grands écrivains, mais aussi parce qu'elle s'en fait un devoir, de maintenir présent le souvenir de tonton Louis. Elle s'efforce de le représenter en de maintes manifestations littéraires, expositions, invitations, et vient souvent à Paris pour rencontrer ses anciens amis.

Louis et Suzanne ont toujours eu des chats plus beaux et affectueux les uns que les autres, et votre oncle Louis, comme tous les grands écrivains, aurait eu bien du mal à écrire de si beaux livres s'il n'avait eu ses chats près de lui pour diriger sa plume.

StA le 30/09/2015.

19 septembre 2015 6 19 /09 /septembre /2015 08:28

Ce matin, maman, réveillée par Padypady qui lui a sauté sur le ventre, n'arrivant pas à se rendormir, est descendue très tôt, et constatant notre présence, nous a servi à toutes les trois soucoupes de lait et croquettes.

Jusque là rien d'étonnant, quand papa est descendu de la chambre.

-Miaououou: Mais papa il n'est que 7 heures du matin ! ! !

A peine arrivé au bas de l'escalier, il se met à chanter " castagnettes et tango " .Il saisit maman par la taille, la fait tourner, la penche en arrière et lui murmure à l'oreille lêvres contre la pommette " I love you my Fifi " ; maman rigole, et papa l'entraîne de nouveau. Un bras à la taille et l'autre tendu devant eux, " le tango coooorse c'est un tango sélectionné " je me demande s'il connaît vraiment les paroles ou s' il improvise...mais le voilà qui gesticule les bras en l'air en claquant des pieds; il fait un bruit de castagnettes avec les doigts, et d'une voix rauque: " gitano gitano " en tournant autour de maman...Tout à coup, " la valse à dédé de Montmartre " résonne dans la maison et ils tournent tous les deux la tête en arrière...

-mmeeeooooww !:Attention à la table !

Trop tard, le thé de maman renversé, les tartines de confiture collées par terre, il dépasse un peu de beurre frais que je lèche avec délice.

Ils rigolent tous les deux! non mais à 7 heures du matin...Il a dû rêver qu'il avait gagné danse avec les stars ! ! ! Depuis il ma dit que je serais belle avec un pelage tout rouge, et il m'appelle Fauve...

StA le 19/9/2015

30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 06:33
bisou !

bisou !

PREMIER BAISER

Papa est arrivé dans le jardin avec un panier à chat qu'il a posé dans l'herbe à côté de moi.

- Bonjour jolie Question.

- Meououou: Que se passe-t-il papa ? Est-ce que l'une d'entre nous est malade ? un rappel de vaccin chez le véto ?

- Mais non Question, d'ailleurs tu t'en pose trop de questions avec ta queue en point d'interrogation...C'est une nouvelle arrivée, regarde...

-Meeeeooooww: Qu'est-ce que c'est p'pa? C'est pas un chat !? Il a des grandes oreilles, deux grands yeux, ne miaule pas. He ! toi là, approche un peu, t'es qui, t'es quoi ???

- C'est un lapin bélier Question, ou plutôt une lapine, car c'est une dame, elle a de grandes oreilles qui tombent, et un poil tout doux blanc et beige, elle s'appelle Hiphiphip ! C'est pour elle que nous avons placé cette petite maison de bois, avec son jardin cerné de grilles.

- Maaououou: Elle a l'air sympa papa...Mais elle est enfermée, comme dans une prison !

- C'est juste pour une semaine ma puce, le temps qu'elle s'habitue à son nouvel environnement dit-il en la prenant et la posant délicatement sur l'herbe dans son enclos. Il faut également qu'elle fasse connaissance avec vous trois les filles, parce que comme vous n'avez jamais vu de lapin, elle n'a jamais vu de chat.

- Miaououou: Je peux approcher de la grille papa ?

- Mais bien sûr Question, regarde comme elle fait le tour de sa propriété...

Et Question s'est approchée contre la grille, à collé son nez entre deux barreaux, et observé Hiphiphip qui lavait ses longues oreilles, les mouillant tout comme les chats avec sa petite langue rose, et les lissant entre ses pattes.

Puis Hiphiphip s'est approchée, a touché de son nez le nez de Question, et toutes deux très étonnées,ont échangé un premier baiser d'esquimeau.

StA le 30/08/2015.

11 juin 2015 4 11 /06 /juin /2015 13:33
question
question

Mais que fait-il ? Papa est descendu de sa chambre, maman doit dormir à poings fermés, il est quatre heures du matin. Pyjama bleu avec un gros bug's bunny, les cheveux hirsutes, il allume toutes les lumières du rez-de-chaussée, sans même se préoccuper si ça risque de me réveiller ou pas.

Il sait très bien que je dors sur le grand canapé rouge; enfin, pas à même le canapé parce que maman y a placé une couverture toute douce en polaire afin que je ne mette pas des poils partout. Elle m'a dit que c'était fait avec des bouteilles en plastique...n'importe quoi. En tous les cas, cette couverture est d'une douceur inouie, et à peine lovée dans son épaisseur, j'y ressens une douce chaleur, comme quand papa enfile un thermolactyl de damart, l'hiver, je l'entends alors roucouler de plaisir.

Ah, il s'est quand même aperçu qu'il m'a réveillée La forte lumière d'une lampe hallogène me fait cligner des yeux.

- Oh pardon ma Question, je t'ai réveillée...

- Meeeoooooow: Ben oui tu m'as réveillée, je ne dors pas les yeux ouverts !

- Excuses moi ma puce, je ne voulais pas...Pôvre bébé...

Alors là, moi je fonds. pour me parler ainsi en pleine nuit, il faut que ça vienne directement de son p'tit coeur; son p'tit coeur de belin à grignotter tendrement.

Je lui fais les yeux d'amour, et lui adresse un miaulement muet, une de nos mimiques que seuls nous les chats savons faire. Les yeux fermés, on fait comme si on émettait un petit miaulement, mais sans le son, juste l'image, et ça, les parents, ça les fait fondre comme de la guimauve. S'en suivent alors quelques caresses et des mots d'amour.

- Ma Ninoune, papa n'arrive pas à dormir... Ce doit être ce film hier soir à la télé. J'ai fait un cauchemar, on m'avait volé ma voiture, mes papiers... Sa main s'égare dans mon p'tit cou,

- Miiaououou: OK dady, mais inutile de me raconter tout cela à quatre heures du matin, j'ai sommeille moi. dis donc, tu pourrais éteindre quelques lampes tout de même...

- Tu as raison ma Ninounette, je vais éteindre les lumières et te laisser dormir. me dit-il en s'éloignant vers l'escalier.

Maououou: Dis, Il est beau ton pyjama Bug's Bunny papa...

Me voilà enfin dans le noir. Je tire un peu la couverture pour le froid polaire afin qu'elle m'entoure bien comme il faut... Mais je n'arrive plus à dormir...Il a raison, ce doit être à cause de ce film hier soir...Pourtant je me suis endormie avant la fin .

StA le 11 juin 2015

8 février 2015 7 08 /02 /février /2015 21:53

​ Il fait très froid dehors; le soleil fait ce qu'il peut pour repeindre la façade de ses rayons de chaleur, mais c'est en vain, la pierre est froide, février s'installe, je reste bien au chaud à la maison.

Aujourd'hui,je vais être la secrétaire de mon papounet.. Je sais qu'il a horreur de faire sa comptabilité, mais c'est l'époque où il s'installe sur la table du salon, avec des papiers partout. C'est également l'époque de l'année durant laquelle maman ronchonne, ne pouvant utiliser la table couverte de feuilles, de dossiers, de factures et formulaires, qu'il ne faut surtout pas déplacer.

D'ailleurs, depuis ce matin il cherche partout un dossier qu'il a rangé, mais si bien rangé qu'il ne le trouve plus.

Alors moi, j'ai décidé de lui donner un coup de main. J'adore m'allonger sur ses feuilles de papier; j'aime le bruit qu'il fait, ce doux murmure quand il glisse et tombe au sol, les feuilles poussées par je ne sais quelle papatte, on dirait des feuilles tombant des arbres hésitant entre le nord le sud, l'est ou l'ouest.

- Meeeeoooow: Bonjour papa, qu'est-ce-que tu veux que je fasse pour t'avancer ?

- Ah ! la fifille noire a retrouvé les factures du sictom.

- Miiaououou: Tu préfères que je te les classe par date où par ordre alphabétique ?

- Aller, du balai, j'ai du travail moi ! et avant de partir, ramasses ce que tu as fait tomber s'il te plaît.

- Maaaaooowwww: Bon je te laisse papa, mais c'était de bon coeur; si tu as besoin de moi, je serai sur le bras du fauteuil près de la cheminée. A propos, les flammes ne sont pas bien hautes, tu pourrais peut-être ajouter un morceau de chêne bien sec...

StA le 08/02/2015

14 juillet 2014 1 14 /07 /juillet /2014 11:49

Croak croak.....dès l'aurore: croak croak...et toute la matinée, l'après-midi, et la soirée...croak croak... On ne peut plus faire une petite sieste au soleil, ou sous une plante verte lorsque la chaleur est trop forte, croak croak...des grenouilles ont envahi le grand bassin et papottent à longueur de journée.

- Miaouououououou: Ecoute papa on en a assez ! Elles ne te gênent pas toi ?

- bien sûr Question qu'elles m'ennuient, mais que faire ?

- Meowowoweou: Mais tu as bien une épuisette derrière le chalet du jardin ? Alors attrape les et vas les libérer sur la pièce d'eau !

- Ca n'est pas si simple que ça les filles... mais je vais essayer.

Alors durant plusieurs jours, nous avons vu papa guetter puis ramper au sol apercevant une grenouille, mais l'approcher et la capturer était une autre paire de manche.

Et il s'est vite découragé:

- Je n'y arrive pas les filles; elles sont trop rapides.

- Meououou: mais papa il faut faire quelque chose, nous dormons debout nous. Tous nos coins douillets sont imprégnés de croak croak...

- Oh je sais Question, je sais comment les attraper...

Alors il a eu une idée géniale, mais c'est normal, c'est notre papa chéri... Il s'est servi d'un long filet qu'il utilisait pour s'entrainer au golf. Il a capturé les grenouilles et leur a rendu la liberté dans la mare double à quelques kilomètre de chez nous, là où des personnes organisent des concours de pêche.

Le jardin est redevenu paisible et silencieux...Mais je baille, je vais aller faire un p'tit somme sur le banc de grès sous le cerisier.

Piak piak ! Piak piak !

- Meoooowooow: oh non ce sont des pies qui viennent se gaver des grosses cerises bien sucrées.......

Sta le 14/07/2014

22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 19:18

- Eh Question, tu ne vas jamais me croire...

- Qu'y a-t-il Pichenette ?

- J'ai vu papa sortir tout à l'heure, il allait chercher du bois sec pour la cheminée, quand je l'ai entendu parler aux bûches.

- Non mais tu plaisantes ? papa parler aux bûches, il y a certainement une explication...Tiens le voilà qui ressort de la maison; mais...tu as raison, il parle tout seul, ou se parle à lui-même; il semble tenir quelque chose dans ses mains. Il parle certainement a ce qu'il tient dans ses mains; qu'est ce que c'est ?

- Bonsoir les filles, regardez, en ramenant du bois pour la cheminée tout à l'heure, je me suis aperçu qu'il y avait une petite coquille d' escargot collée sur un bout de bois. Venez, je vais la poser sur l'herbe humide pour voir si son occupant est vivant.

Et papa a posé la petite coquille sur une feuille d'oseille sauvage et lui a parlé:

- Bonjour petit escargot, tu me sembles bien trouillard recroquevillé dans ta coquille, Je ne te ferai aucun mal, sors un peu et rassures moi sur ta santé.

Le petit escargot semblant répondre à papa a tout d'abord redressé sa coquille sur son dos, puis son corps est apparu, et enfin sa tête, avec deux belles petites antennes qu'il agitait doucement dans tous les sens.

Papa lui a parlé avec douceur, lui expliquant qu'ici, dans cette partie du jardin, il ne risquait rien, et qu'il allait trouver là de grandes et douces feuilles de laitues et diverses salades bien tendres. Il lui a dit de surtout rester par ici, sinon monsieur Magret le gros canard de Barbarie de maman allait l'avaler tout cru.

- Tu vois Pichenette, papa a encore toute sa tête.

- Je vois bien Question, mais je t'assure que tout à l'heure, j'ai eu un sacré doute.

StA le 22/04/2014

Présentation

  • : saint-arnoult parler à l'oreille des chats
  • saint-arnoult parler à l'oreille des chats
  • : Les chats, encore les chats et toujours les chats. Une jolie chatte écaille de tortue: "Pivoine" (c'est la fleur préférée de papa). Une grisounette: "pichenette", maman de "pirate" gris et blanc, le flibustier du jardin. D'origine gouttière: "question" parcequ'elle a la queue en point d'interrogation. Une maison de pierre, un jardin, une famille remplie d'amour. Un papa qui murmure à leurs petites oreilles, et retrace leurs aventures...et le reste...
  • Contact

Texte Libre

             

Recherche

Pages